Le gouvernement français pourrait développer une plateforme dédiée au tourisme. C’est en tout cas ce que laissent penser les déclarations faites par le Premier ministre Édouard Philippe, le 14 mai 2020 à l’occasion de la présentation du plan de relance pour le tourisme.

La France peut-elle concurrencer Airbnb avec son plan de relance pour le tourisme ?

Créer une plateforme capable de concurrencer Airbnb, Booking.com ou encore TripAdvisor… est-ce encore une hypothèse plausible en 2020, alors que ces géants ont mis leur grappin sur le marché du tourisme ? Oui selon le gouvernement français. Pour relancer le tourisme en France après la crise liée à la pandémie de Covid-19, le Premier ministre et ses troupes réfléchissent à lancer une application regroupant différentes offres touristiques comme l’hébergement et la restauration. Le discours d’Édouard Philippe :

Point commun des trois entreprises citées plus haut comme référentes dans le domaine du tourisme : elles sont toutes les trois américaines. C’est certainement une motivation supplémentaire pour le gouvernement français qui cherche un moyen de gagner en souveraineté pour réduire la dépendance du pays aux applications étrangères. Le gouvernement s’engage à venir en aide au secteur du tourisme à hauteur de 18 milliards d’euros pour l’aider à se relever de la crise du Covid-19.

1,3 milliard seront alloués au projet

Le plan tourisme prévoit une enveloppe de de 1,3 milliard d’euros financée par la Caisse des Dépôts et Bpifrance. C’est justement ce budget qui pourrait être alloué au développement d’une plateforme nationale ayant pour objectif de concurrencer Airbnb et Booking.com. Selon Eric Lombard, directeur général de la Caisse des Dépôts :

« Le tourisme a été désintermédié par de grandes plateformes américaines comme Airbnb et Booking. Il faut qu’on se réapproprie le lien avec nos clients. C’est pourquoi la Caisse des Dépôts travaille au développement d’une plateforme qui doit ouvrir un accès à l’ensemble de l’offre touristique française. Le touriste allemand qui arrive à Colmar doit savoir où sont les brasseries, ou à quelle heure ouvre le musée d’Issenheim ».

Bien qu’intéressante, l’idée de pouvoir concurrencer les géants du secteur avec une plateforme nationale semble compliquée à mettre en place. Même si Airbnb a dû se séparer d’un quart de ses salariés à cause de la crise, le gouvernement va devoir s’entourer des meilleurs startups du pays pour espérer pouvoir créer une application aussi fluide et intuitive qu’Airbnb a pu le faire. L’autre défi majeur sera de réussir à faire connaître cette plateforme au-delà de la France et des français. Les touristes étrangers devront connaître et télécharger l’application.