Cela n’est pas vraiment une surprise… Uber est, comme beaucoup d’autres acteurs de la mobilité, impacté de façon significative par la pandémie et la crise sanitaire qui nous touche actuellement. Alors que ses pertes s'élèvent à 2,9 milliards de dollars, le CEO d’Uber accuse le coup et remet à plus tard le souhait de devenir rentable.

Les trajets avec chauffeur en baisse

Pendant la pandémie et à en croire le rapport publié par Uber, le nombre de trajets a baissé de 3%. Un élément qui aggrave sa situation, poussant les pertes de la société à presque 3 milliards de dollars. Cela n’est pour le moment pas si alarmant car en 2019, la société a cumulé une perte de 8,5 milliards de dollars, elle reproduit pour l’heure un schéma similaire. Cela, au détail près que la société avait prévu de redoubler d’efforts pour atteindre la rentabilité cette année. La voilà mal partie.

Malgré tout, la société américaine devrait réussir à faire face à la crise, c’est en tout cas ce que laisse penser son comportement puisque la société pourrait, à l’avenir devenir le propriétaire de Lime. Cela passerait dans un premier temps par une levée de fonds, avec une option d’achat pour plus tard.

Uber a pu compter sur la livraison de nourriture

Pendant la crise, la société dit avoir pu compter largement sur Uber Eats dont l’activité a augmenté de 53% pour atteindre 819 millions de dollars. Le CEO d’Uber, Dara Khosrowshahi, semble se féliciter de cela “Nous sommes encouragés par l’augmentation récente des livraisons de nourriture et par les premiers signes de réouverture de plusieurs marchés”.

Malgré ses bons résultats, Uber Eats ne suffira pas pour couvrir les autres pertes de la société. Sa rentabilité est aussi repoussée de quelques trimestres. Point positif tout de même, Uber est l’un des rares acteurs de la mobilité à ne pas avoir procédé à des licenciements ces dernières semaines, cela a été le cas chez Bird et chez Lime.