À partir de ce lundi 11 mai, Air France va déployer un dispositif de contrôle de température pour ses clients à l’embarquement. Les passagers ayant une température supérieure à 38°C ne seront pas admis à embarquer, l'aéroport de Rome a mis en place un dispositif similaire.

Les réservations des passagers avec de la fièvre décalée sans frais

La France est officiellement déconfinée, mais la crainte d’une seconde vague d’infection en coronavirus est dans tous les esprits. Pour éviter la circulation du virus Air France a décidé d’adopter des mesures de sécurité drastiques.

Au départ des vols nationaux comme internationaux, la température des passagers sera mesurée avec des thermomètres infrarouges sans contact. Si la température d’un passager excède les 38°C, il ne pourra pas embarquer. Sa réservation sera modifiée pour décaler le départ, sans frais. Les passagers seront avertis en amont de leurs départs.

Le port du masque sera également obligatoire, en application des consignes du gouvernement concernant les transports et des recommandations de l’Association internationale du transport aérien.

Dernière mesure de la liste des précautions prises par Air France

La compagnie affirme également mettre en place des mesures barrières préconisées pour la sureté de ses employés et de ses clients : un parcours client aménagé, distanciation physique « chaque fois que cela est possible », des procédures de nettoyage renforcées, et un service à bord adapté.

La compagnie précise également renouveler l’air en cabine toutes les 3 minutes. Un système comparable à ceux des blocs opératoires, qui évacuerait 99,99% des virus de plus de 0,01 micromètre. Les virus de type coronavirus font entre 0,08 et 0,16 micromètre.

Ces dispositions, indispensable en période de crise sanitaire pourront éventuellement permettre à la compagnie de rassurer les passagers réticents. Le 7 mai, lors de la publication de ses résultats pour le premier trimestre 2020 Air France KLM a enregistré une perte d’exploitation de 815 millions d’euros. Des chiffres qui ne sont pas appelés à s’améliorer pour 2020, quelles que soient les mesures sanitaires adoptées.