Organiser presque du jour au lendemain le basculement de ses collaborateurs en télétravail de manière sécurisée, c’est l’enjeu auquel ont été confrontées de nombreuses entreprises pour poursuivre leurs activités malgré le confinement. Pour La Poste, qui emploie 249 000 agents et exerce de surcroît une mission de service public indispensable à la vie de la nation, cette adaptation rapide au travail à distance s’est doublée en outre d’un défi organisationnel et sécuritaire considérable. Car si la majorité des postiers travaillent sur le terrain dans les centres de tri, dans les bureaux de poste et à la distribution du courrier et des colis, 40 000 des collaborateurs du groupe travaillant dans les domaines logistiques, à la Banque Postale ou encore dans les services supports, ont dû cependant être dotés des outils nécessaires pour continuer à travailler. Et ce, dans un contexte de recrudescence des cyber-attaques pour toutes les entreprises et de craintes pesant sur la capacité des réseaux internet à supporter autant de connexions simultanées.

Jusqu’à 250 000 réunions Teams par jour

Pour mettre en place cette nouvelle organisation du travail, les 4 800 informaticiens qui travaillent dans le groupe se sont mobilisés dans la semaine du 16 mars, au moment de l’entrée en vigueur du confinement. En fournissant tout d’abord des ordinateurs portables, des micro-casques et des clefs de connexion aux collaborateurs pour pouvoir accéder aux intranets de l’entreprise depuis leurs réseaux domestiques. Des extensions de licence logicielle ont également été achetées et installées pour que les comptables et gestionnaires RH par exemple puissent utiliser leurs applications métiers depuis chez eux de manière sécurisée.

En quelques jours à peine, les usagers des outils collaboratifs ont été multipliés par 10. Jusqu’à 250 000 réunions et échanges entre postiers se sont ainsi tenus entre postiers par jour sur Teams, avec un taux de connexions réussies de 99%.

Au-delà du support technique, les ressources humaines ont aussi accompagné le mouvement en prévenant les risques sociaux et professionnels liés à l’exposition prolongée aux écrans, ou en s’assurant que les collaborateurs en télétravail puissent travailler à distance dans de bonnes conditions.

Un virage digital accéléré réussi grâce aux efforts déjà entrepris en la matière

La réussite de cette organisation pendant la crise concrétise les efforts entrepris depuis des années par le groupe pour anticiper sa transformation numérique en investissant dans les infrastructures et les outils et en accompagnant l’ensemble des postières et postiers dans cette démarche d’évolution profonde des pratiques professionnelles” explique Philippe Bajou, secrétaire général et directeur général adjoint du groupe La Poste.

Le groupe présidé par Philippe Wahl, s’était en effet engagée en 2016 dans une refonte de son organisation de travail et de son outil informatique pour permettre à ses collaborateurs de travailler de n’importe où. Outre la modernisation de son réseau informatique et la création d’une plateforme collaborative nommé .COM1, basée sur la suite Microsoft et incluant Teams et un réseau social d’entreprise, La Poste s’était par ailleurs engagée dans le développement des usages du télétravail depuis 2018, bien avant la crise et était, à ce titre, l’une des pionnières du travail à distance en France.

Cette avance en matière de transformation digitale a facilité le basculement rapide opéré en l’espace de quelques jours à la mi-mars. Le système mis en place dans l’urgence a depuis fait la preuve de sa robustesse, et permis d’assurer une transition “sans couture” et la continuité des missions de La Poste.