Il y a un an maintenant, Facebook annonçait le départ de membres historiques de son conseil d’administration, parmi eux, Reed Hastings et Erskine Bowls. En octobre 2019, c’était Susan Desmond-Hellmann qui était sur le départ, alors même qu’elle avait intégré le conseil depuis 2015. Suite à cela, en décembre, le patron de l’entreprise, Mark Zuckerberg aurait réuni les principaux responsables du réseau social, chez lui, à Hawaï, dans le cadre d’une réunion exceptionnelle. Selon le Wall Street Journal, celle-ci aurait eu pour objectif de remanier le conseil d’administration, afin de reprendre le contrôle de la société.

L’objectif de Zuckerberg : éloigner certains membres et reprendre le contrôle du conseil

L’objet de la réunion de décembre dernier était visiblement de discuter la façon, de la méthode à adopter pour diriger l’entreprise “correctement” après des années de problèmes. Car même si des changements ont été effectués parmi les cadres et l’organisation de Facebook, certains éléments ne correspondaient pas aux attentes finales de l’entreprise.

Le résultat de cette réunion serait qu’aujourd’hui, Mark Zuckerberg, actuel président et PDG de Facebook, est plus actif et responsable qu’il ne l’a été récemment. Il a donc à nouveau du poids, peut être de quoi éviter l’hypothèse d’être évincé par des investisseurs de l’entreprise, à l’avenir. Lors de ce rassemblement, désormais vieux de 5 mois, Zuckerberg n’aurait pas non plus hésité à confronter son opinion à ceux d’anciens membres du conseil d’administration.

Facebook a-t-il misé sur le coronavirus pour regagner les faveurs de l’opinion publique ?

Une campagne d’information a été menée par Facebook au sujet du coronavirus. Celle-ci a été préparée dès le début du mois de mars, via une réunion rassemblant des responsables. Zuckerberg et d’autres ont rapidement vu cette crise comme une opportunité de s’imposer et de jouer un rôle important. Cependant, un porte-parole a contesté le fait que cette campagne ait pour objectif de redorer l’image de la société “Toute amélioration de la réputation serait un sous-produit de ce travail, pas le fil conducteur”.

Par la suite, Facebook a rassemblé un groupe d’une vingtaine de cadres afin qu’ils travaillent et déploient le centre d’information proposé sur la page d’accueil du réseau social.
Cette nouvelle organisation et cette campagne importante ne semblent pas avoir séduit l’ensemble des membres du conseil d’administration de Facebook. En Mars, alors que la pandémie avait débuté, Kenneth Chenault a pris la décision de quitter le conseil à son tour. Ce départ pourrait être dû au fait que ses propositions aient été laissées de côté : l’avis d’autres membres du conseil se trouvait à opposé de ceux de l’ancien PDG d’American Express. S’en est suivi le départ de Jeffrey Zients, un ancien conseiller économique d’Obama avec qui Chenault avait dirigé un groupe d’administrateurs. Les deux hommes étaient en désaccord avec la façon dont la plateforme avait géré la désinformation.

Suite à ces départs, de nouvelles arrivées ont eu lieu et Robert Kimmitt ainsi que Nancy Killefer ont donc rejoint le conseil d’administration. Au final, avec tous ces changements, sur les 9 administrateurs de Facebook présents en début d’année 2019, il n’en reste plus que 4. Preuve que les décisions n’ont pas toujours plu et que le travail va encore être long pour l’entreprise américaine.