À l’occasion des résultats du premier trimestre 2020 d’Alphabet le PDG de la maison mère de Google, Sundar Pichai, a annoncé la très bonne performance de l’application maison de visioconférence : Meet. Google s’est empressé d’améliorer sa fonctionnalité devant l’aubaine des mesures de confinements partout dans le monde.

Google veut sa part du gâteau

Aujourd’hui la visioconférence sert pour travailler, pour retrouver ses amis autour d’un apéro le soir, pour faire de la musique et même pour se marier. La visioconférence est devenue l’outil de sociabilité indispensable alors qu’on estime à 2,6 milliards le nombre d’humains confinés.

Il y’en a qui se frottent les mains durant cette crise sanitaire : les applications dédiées à la visioconférence. En tête, Zoom et Microsoft Teams attirent de nombreux nouveaux utilisateurs, aiguisant les appétits et notamment celui de Google.

La firme de Mountain View a réinvesti Meet, l’application de visioconférence de sa G Suite créée en 2017. Des améliorations techniques avec la réduction des sons parasites, le mode mosaïque piqué à Zoom, etc. Et des offres promotionnelles, avec un accès aux fonctionnalités avancées de Meet proposé le 3 mars et étendu le 9 avril au 30 septembre.

Le pari semble porter ses fruits puisqu’après avoir annoncé que Meet accueillait jusqu’à 2 millions d’utilisateurs quotidiens en plus le 9 avril, Sandar Pichai, a cette fois annoncé 3 millions d’utilisateurs en plus par jours, « Nous ajoutons maintenant environ 3 millions de nouveaux utilisateurs chaque jour et nous avons vu l’utilisation du site multipliée par trente depuis janvier. Il y a maintenant plus de 100 millions de participants quotidiens aux réunions Meet ».

Meet peut-il remporter la course de la visio’ ?

Les 100 millions d’utilisateurs d’un géant comme Google font pâle figure face aux 300 millions d’inscrits de Zoom. Néanmoins les résultats laissent présager un avenir radieux. La division Cloud Computing de Google a réalisé 2,8 milliards de dollars de revenus, soit une hausse de 55% par rapport à l’année précédente.

Grâce à sa puissance, Google peut se permettre de jouer sur la gratuité temporaire de fonctionnalité avancée, un argument commercial qu’une plus petite structure comme Zoom ne peut qu’exceptionnellement se permettre. La guerre des applications de visioconférence est lancée. La fin de la crise sanitaire adoubera un, ou plusieurs vainqueurs, ceux qui auront réussi à conserver une forte activité sur leurs plateformes une fois la planète libérée du confinement.