L’informatique quantique est un sujet qui passionne les chercheurs du monde entier. Dès les années 60, les États-Unis avaient financé une série d’expériences pour développer le potentiel des ordinateurs quantiques. Les débuts d’Internet. Aujourd’hui, l’administration Trump souhaite remettre un coup de boost et propose d’augmenter le budget de la recherche pour l’informatique quantique de 20%.

L’administration Trump veut soutenir le développement de l’informatique quantique

La proposition de Président américain Trump d’augmenter le budget pour la recherche consacrée au développement des ordinateurs quantiques est actuellement examinée par le Congrès. Pour que cette réforme ne coûte quasiment rien au gouvernement américain, Trump propose de réduire le financement global de la recherche scientifique de 10%, pour augmenter celui consacré aux recherche sur le quantique de 20%. Si ce budget est approuvé, il atteindra les 237 millions de dollars (218 millions d’euros).

Dans la même catégorie

En février, la Maison Blanche disait déjà vouloir doubler son budget pour l’intelligence artificielle et l’informatique quantique. Au détriment d’autres domaines scientifiques, évidemment. Les États-Unis et la Chine s’affrontent dans une bataille technologique sans merci depuis l’arrivée de Donald Trump. L’avancée scientifique et technologique en fait partie, et le président américain semble bien décidé à prendre de l’avance sur son rival.

L’accélération de la recherche du quantique peut tout changer

Le gouvernement Trump en est convaincu : l’informatique quantique pourrait changer beaucoup de chose dans de nombreux domaines et accélérer la recherche pour la fabrication de médicaments ou de nouveaux matériaux par exemple. En simulant le comportement atomique sur des ordinateurs quantiques en réseau, par exemple. Les niveaux de cybersécurité pourraient également gagner en efficacité. Selon une récente étude de McKinsey, l’informatique quantique pourrait percer 1 000 milliards de dollars en 2035.

Pour David Awschalom, ingénieur quantique à l’université de Chicago : « si le budget proposé pour soutenir le quantique est accepté, ce niveau de financement nous permettra de commencer à développer les bases de réseaux quantiques sophistiqués, pratiques et à fort impact. Ce serait significatif et extrêmement important pour le développement de l’informatique quantique ».

En décembre 2019, la première « téléportation quantique » entre deux puces informatiques avait lieu. Une téléportation rendue possible grâce à une intrication quantique. Ce phénomène d’intrication correspond à l’enchevêtrement de deux particules au point de pouvoir « communiquer » sur de longues distances. Un processus destructif qui signifie qu’à l’issue de la « téléportation », le premier système ne sera plus dans le même état qu’initialement. Les chercheurs expliquait à l’époque que :

« Hypothétiquement, il n’y a pas de limite à la distance sur laquelle la téléportation quantique peut opérer et cela soulève des implications étranges qui ont même intrigué Einstein lui-même. Notre compréhension actuelle de la physique dit que rien ne peut aller plus vite que la vitesse de la lumière, et pourtant, avec la téléportation quantique, l’information semble dépasser cette limite de vitesse ».