Le 28 février 2020, la vaisseau Starship de SpaceX implosait au cours d’un test. Le prototype SN1 s’effondrait sur lui-même après avoir été rempli d’un propulseur à azote liquide super froid. C’est un test indispensable pour pouvoir voler. Bonne nouvelle : le Starship SN4 vient de réussir ce même test.

Le Starship SN4 a réussi le test de la cryogénie

Le vaisseau Starship est la pièce maîtresse de la stratégie spatiale de SpaceX. C’est cet engin qui doit partir partir à la conquête de l’espace pour de longs vols interplanétaires. Il pourrait par exemple servir à envoyer des humains sur mars. Ce test est d’une importance capitale. Il simule le remplissage du réservoir de carburant à pleine pression dans des conditions qui sont similaires au vide de l’espace. Après un échec sur le SN1, la société d’Elo Musk est fière d’annoncer que le SN4 a passé ce test avec brio.

C’était l’ultime étape avant les premiers essais de vol pour le vaisseau. Il n’y a pas de tromperie sur la marchandise : le prototype SN4 ressemble exactement à la version définitive du vaisseau Starship. À ne pas confondre avec le prototype Starhopper : un vaisseau fabriqué pour prouver l’efficacité du moteur Raptor. Le même moteur qui équipera le Starship. En août 2019, le vaisseau Starhopper réussissait un vol statique à 150 mètres du sol.

SpaceX va pouvoir faire voler son vaisseau amiral

La différence (de taille) entre le Starhopper et le Starship est que le premier des deux n’est équipé que d’un moteur Raptor, alors le prototype SN5 de Starship sera équipé de trois moteurs Raptor. La version définitive de ce vaisseau en comptera six… Starship va donc pouvoir commencer les tests en vol dans les prochains jours. Pour espérer voir la version définitive du vaisseau voler, il faudra en revanche patienter quelques années.

En effet, les essais et le développement d’une nouvelle fusée sur Terre prennent énormément de temps car toutes les conditions de l’espace ne peuvent pas être reproduites à la perfection. La prochaine étape est donc un essai statique du moteur Raptor installé sur le vaisseau. Il pourrait avoir lieu cette semaine. Ensuite, un deuxième test consistera à placer le vaisseau à 150 mètres de hauteur (la même hauteur que le Starhopper). SpaceX voudra observer comment son vaisseau grandeur nature se comporte en l’air.

SpaceX a su rebondir avec brio après cet échec. On se souvient qu’en octobre 2019, Musk disait que son vaisseau Starship volerait 6 mois plus tard, soit en avril. Un premier vol habité devait aussi avoir lieu à la fin de l’année 2020. L’implosion du sN1 en février risque de ralentir ce calendrier, mais SpaceX s’en sort bien. Starship devrait être en mesure d’emmener des touristes dans l’espace dès 2023.