Le Covid-19 a de grandes chances de devenir une maladie saisonnière comme la grippe, selon des scientifiques chinois dont les propos ont été rapportés par Bloomberg.

Un nombre de porteurs difficile à évaluer

Alors que la France est en état d’urgence sanitaire à cause de la pandémie de Covid-19, les scientifiques découvrent de nouvelles particularités du virus chaque jour. Lors d’une conférence de presse organisée à Pékin, des médecins et virologues chinois ont affirmé qu’il est peu probable qu’il soit anéanti malgré les nombreuses mesures de confinement entreprises dans le monde. Jin Qi, directeur de l’Institut de biologie pathogène à l’Académie des Sciences médicales de Chine, a ainsi déclaré :

« Il s’agit probablement d’une épidémie qui va coexister avec l’Homme pendant longtemps, qui va devenir saisonnière et se maintenir de le corps humain ».

Contrairement à son cousin le SARS-CoV, qui est apparu en novembre 2002 en Chine, le Covid-19 ne rend pas tous ses hôtes malades. Le nombre de porteurs asymptomatiques est en effet plus élevé, ce qui rend difficile l’évaluation du nombre de cas réels. Lors de l’épidémie de SARS, les malades étaient placés à l’isolement, permettant de maîtriser rapidement sa propagation.

Peu de chances que la chaleur anéantisse le virus

L’éminent immunologiste américain Anthony Fauci est du même avis que les chercheurs chinois, notamment car il est très difficile de contenir le virus et sa circulation au sein de la population. Si certains espèrent que l’arrivée des fortes chaleur avec l’été pourrait freiner sa propagation, les scientifiques chinois sont moins optimistes, à l’image de Wang Guiquiang, Chef du département des maladies infectieuses à l’université de Pékin :

« Le virus est sensible à la chaleur, mais c’est lorsqu’il est exposé à 56 degrés Celsius pendant 30 minutes et les températures ne vont pas atteindre ce niveau. Globalement, même pendant l’été, les chances de voir le nombre de cas diminuer de manière significative sont faibles ».

Se concentrer sur la recherche d’un traitement et d’un vaccin

Cela a poussé certains pays à opter pour d’autres stratégies face au coronavirus, à l’instar de la Suède qui n’est pas confinée, ou encore de l’Inde qui envisage la diffusion du virus parmi sa population jeune. Comme le rappelle l’Institut Pasteur, l’immunité collective n’est toutefois pas une garantie avec le Covid-19, car les chercheurs ne savent pas encore si les personnes porteuses sont désormais immunisées, et si oui, pour combien de temps.

La recherche a donc un très grand rôle à jouer et les essais pour des traitements efficaces et un vaccin se comptent par centaines dans le monde. Si les estimations des scientifiques chinois sont justes, alors le Covid-19 devrait avoir un comportement similaire à celui de la grippe avec un vaccin à administrer chaque année. Encore une fois, ces informations sont à prendre avec prudence car il s’agit d’un virus nouveau sur lequel nous ignorons encore beaucoup d’éléments.