De nombreux usages sont aujourd’hui bousculés par la crise sans précédent que nous vivons.

Hier le télétravail, embryonnaire, était surtout mis en place dans des soucis d’économies budgétaires (problèmes de place dans les locaux, loyers exorbitants…) ou comme “avantage” pour attirer les talents.

Aujourd’hui, il est devenu une réalité, une obligation. Certaines entreprises étaient prêtes, d’autres non. Pénalisées elles ont été forcées d’investir dans l’urgence, tout en subissant une baisse significative de leur chiffre d’affaires.

Cette adaptation forcée oblige les entreprises à se repenser en profondeur et les stratégies Système d’Information se doivent d’être au coeur de cette refonte. S’orienter vers des applications hébergées sur le cloud et surtout vers des solutions qui permettent d’anticiper au mieux ces changements sera un des meilleurs boucliers contre les incertitudes à venir.

Et pour cela, quoi de mieux que le low-code ? Un outil de création d’applications hébergée sur le cloud, offrant une réduction significative des délais et surtout une évolutivité importante tout en répondant aux besoins exprimés par les métiers.

Qu’est-ce que le low-code/no-code ?

Pour faire (très) simple, le low-code désigne généralement une plateforme qui permet de construire grâce à une interface graphique des applications avec un minimum de codage.
Le no-code, lui, définit une plateforme qui permet de créer des applications sans une ligne de code.

simplicité plateforme low code

Pour schématiser encore, ces deux types de plateformes s’adressent à différents profils et différents besoins. Le low-code aidera le développeur à aller plus vite (mais s’adresse à des profils techniques), le no-code s’adresse lui à un public de “citizen developer” (profil souvent moins technique) et offre des fonctionnalités / intégrations qui pourront y être moins permissives / avancées que sur une plateforme low-code.

plateforme low code

Les plateformes no-code mettent l’accent sur l’expérience utilisateur (UX/UI) alors que les plateformes low-code sont orientées métier (données/processus) pour permettre de gérer la complexité. En fonction du besoin, les deux approches peuvent être judicieuses, voir être complémentaires (low-code pour le Back, no-code pour le Front).

S’il existe aujourd’hui une foultitude de ces solutions, toutes ne sortent pas du chapeau.

Pour les plus anciennes, des années de R&D offrent des atouts solides et un niveau de maturité important permettant de créer, sans sourciller, des applications stratégiques d’entreprises en quelques jours/semaines.

Des avantages sans les inconvénients ?

Après la sidération vient l’action. Les organisations doivent adapter leurs méthodes de (télé)travail, l’avenir est incertain alors autant l’anticiper… Ainsi après de nombreuses années à évangéliser sur les bienfaits du low-code, cette approche apparaît aujourd’hui comme une des réponses les plus convaincantes, si ce n’est évidente, face aux besoins impérieux d’agilité informatique inhérents aux ruptures brutales qu’entrainent la pandémie actuelle.

bienfaits low code

Plusieurs atouts majeurs, notamment pour :

– Apporter une réponse rapide, fonctionnelle, industrielle et efficiente sans avoir à réinventer la roue à chaque projet.
Prototyper et mettre en production en quelques clics (et “scaler” et/ou “pivoter” si nécessaire).
– Rendre à l’entreprise son agilité grâce à un outillage ad-hoc et être en capacité de réagir au plus vite.
Accorder besoins métier exponentiels et manques de ressources techniques pour les projets informatiques.
Impliquer les métiers et l’IT pour coconstruire une application qui correspond à 100% au besoin et évoluant en même temps que lui. Permettant également d’éviter la perte de la maîtrise technologique et les failles de sécurité (“shadow-IT”).
– Réduire la dette technique qui représente aujourd’hui 60% des budgets de l’IT .
Rationaliser les coûts et se concentrer sur les développements à forte valeur ajoutée (logique métier, algo, intégrations fortes…) .
– Déployer sur des environnements multi-cloud, maîtrisés et sécurisés (cloud privé ou public / sur site…)

La maîtrise de l’environnement et de la “souveraineté” de l’application

Petit clin d’oeil cocorico, mais maîtriser son environnement et les actifs stratégiques de l’entreprise est un sujet tout aussi majeur.

En effet, si le parallèle avec les pénuries médicales actuelles peut paraître hasardeux la logique derrière est la même concernant notre dépendance technologique.

S’immuniser de redoutables servitudes pour nos libertés économiques et sociétales est un enjeu de taille. Développer ses applications stratégiques avec une plateforme “made in France” c’est se prémunir (un peu) de comportements parfois erratiques liés au contexte géopolitique mondial actuel.

Rappelons d’ailleurs que Cédric O, Secrétaire d’Etat chargé du numérique le disait récemment “Notre dépendance quotidienne aux outils numériques américains, rendue encore plus évidente par la crise, est une préoccupation pour la souveraineté française. Cela valide l’ambition de longue date du Gouvernement de faire émerger des champions français. Nous devons encore accélérer.

Le low-code pour le monde d’après

L’adoption de plus en plus importante de ce type de plateforme par le plus grand nombre nous fait dire que tout cela va dans le sens de l’histoire. Et pour preuve, les analystes Gartner / Forrester prévoient que d’ici à 2024, trois quarts des grandes entreprises utiliseront au moins 4 plateformes low-code pour le développement d’applications.

applications low code

Cette crise sans précédent nous force(ra) à nous adapter face à l’incertitude, à être réactifs en toute circonstance en offrant des outils informatiques compatibles sur tous supports, accessibles de partout et pérenniser ainsi la vie économique. Le low-code permet tout cela.

Nous n’avons pas le choix que de repenser “le monde de demain” par rapport au “monde d’hier”, et ce “monde de demain” doit tirer parti des expériences des “mondes d’hier et d’aujourd’hui” pour prévoir au mieux le “monde d’après-demain”.

On commence maintenant ?

Simplicité est une plateforme low-code qui permet de développer rapidement des applications métier de qualité, hébergées au choix en interne sur vos propres serveurs ou dans le cloud (privé, public ou hybride).

Si vous avez envie de tester ou de vous lancer dans l’aventure low-code, n’hésitez pas. Chez Simplicité Software nous venons de passer notre offre de test de 1 à 3 mois .