À l’occasion de la Journée de la Terre, Google a dévoilé une nouvelle technologie testée actuellement dans plusieurs de ses centres de données. Cette dernière permet à la firme de Mountain View de mieux gérer l’utilisation de l’énergie renouvelable sans que cela n’affecte l’activité de ses serveurs.

Optimiser la consommation d’énergie

Les centres de données sont particulièrement énergivores et nécessitent une production d’eau et d’électricité colossale. Dans un billet de blog, l’entreprise explique ses ambitions pour pallier ce problème :

« Google est neutre en carbone depuis 2007, et 2019 est la troisième année consécutive où nous avons fait correspondre notre consommation d’énergie avec des achats d’énergie 100 % renouvelable. Aujourd’hui, nous voulons obtenir une énergie zéro émission 24h/24 et 7 jours sur 7, partout où nous avons des centres de données ».

En partenariat avec la start-up Tomorrow, spécialisée dans le développement de technologies environnementales, la firme a mis au point une « plateforme intelligente de calcul carbone ». Derrière cette appellation cocasse, se cache un dispositif capable d’optimiser la consommation en énergie des centres de données de Google.

Établir un emploi du temps précis heure par heure

La plateforme se compose de deux outils de prévisions. Le premier prévoit les tâches que va effectuer le centre de données, tandis que le second prédit les moments de la journée où l’énergie issue du solaire et de l’éolien sera la plus disponible. En alignant ces deux éléments, Google est capable d’établir un emploi du temps afin d’utiliser l’énergie le plus raisonnablement possible.

Une infographie décrivant l'utilisation de l'énergie renouvelable jour par jour dans les centres de données de Google.

© Google

Comme l’explique la firme, cela lui permet d’ajuster l’activité de ses serveurs de manière à ce que les services utilisés à tout moment comme Maps, YouTube ou Search puissent fonctionner comme à leur habitude. En revanche, les missions moins urgentes comme l’ajout de mots sur Translate ou de filtres sur Google Photos seront effectuées lorsque l’énergie sera disponible en abondance.

Google espère déployer cette technologie dans l’intégralité de ses centres, et devrait publier une étude à ce sujet au courant de l’année. Malgré des controverses, l’entreprise s’engage de plus en plus dans l’environnement et l’écologie. Fin 2019, on apprenait par exemple qu’elle allait investir 2 milliards d’euros dans les énergies renouvelables.