Ce n’est pas la première fois que nous le disions : la pandémie de covid-19 et la situation de confinement inspire les pirates. Après le site de la sécurité sociale italienne et les Hôpitaux de Paris, c’est au tour de la République Tchèque d’être touchée. Plus précisément, plusieurs hôpitaux du pays et l’aéroport de Prague sont concernés selon Reuters.

Des attaques qui visent la République Tchèque, mais sans succès

Un porte-parole de l’aéroport de Prague a indiqué que “des tentatives d’attaque sur des pages web de l’aéroport ont été détectées pendant les phases préparatoires”. Cette détection rapide a permis d’empêcher “leur propagation et toutes les autres phases qui auraient pu suivre et potentiellement nuire à l’entreprise”.

Plusieurs hôpitaux ont également partagé des attaques déjouées. Dans l’ouest du pays, un hôpital de la région de Karlovy Vary a indiqué avoir déjoué deux attaques intervenues en pleine nuit. Le porte-parole relève cependant que cette attaque n’avait pas un grand enjeu. Plusieurs autres établissements ont fait part de tentatives d’attaques contre leurs systèmes informatiques, précisant que tous avaient pu les bloquer avec succès.

Pour la NUKIB, l’objectif des pirates est de nuire à l’infrastructure du pays

Selon la NUKIB, la National Cyber and Information Security Agency, l’objectif de ces attaques est de mettre à mal l’infrastructure du pays. L’agence a également indiqué à Reuters qu’elle s’attendait “à des attaques dans les prochains jours”, encore. Selon elle, le malware qui est utilisé est conçu pour endommager, voire même détruire, les machines visées.

Le ministère des Affaires étrangères tchèques a qualifié ces attaques comme étant “extêmement impitoyable” en pleine pandémie. Sur Twitter, le ministre Tomas Petricek a indiqué “J’espère que nos experts saurons qui est intéressé par la chute de la République Tchèque face à cette maladie”.

Mike Pompeo, le secrétaire d’État américain, a déclaré Vendredi que les USA s’inquiétaient d’une attaque contre le secteur de santé tchèque.