Vos courses vous coûtent moins de 50 euros ? Vous n’aurez plus besoin, désormais, de taper votre code. Le paiement sans contact suffira. Auparavant, la limite était de 30€, elle a été revue à la hausse et est désormais de 50€. Le sans contact serait une solution pour diminuer les possibilités de contamination au Covid-19. Bien que cette mesure est aujourd’hui prise dans le contexte de la crise sanitaire, c’est une excellente nouvelle, car la France est le 4e pays qui utilise le plus cette méthode de paiement.

Le Covid-19 a accéléré une mesure déjà étudiée

Dès le 11 mai prochain, le seuil limite du paiement sans contact passera de 30 à 50€. Frédéric Oudéa, le président de la Fédération bancaire française a annoncé cette augmentation de plafond alors qu’une étude était en cours à ce sujet. Cette étude et les discussions avec l’ensemble des banques présentes en France ont simplement été accélérées en raison du Covid-19. L’objectif est de réduire les possibilités de contamination lors d’un paiement par carte qui nécessiterait qu’une personne tape son code.

La France n’est pas la première à prendre cette décision, puisque dès le mois de mars, plusieurs pays européens ont élevé le seuil limite du plafond de paiement sans contact. Cependant, cela ne sera possible que dans quelques semaines, laissant du temps à la mise en place du système. Une opération comme celle-ci est lourde et délicate, selon Le Monde, et pourrait déstabiliser le système tout entier.

Une organisation délicate

Selon Frédéric Oudéa, cette modification du plafond de paiement sans contact nécessite “une industrialisation informatique lourde et délicate” qui ne peut être réalisée du jour au lendemain. Il précise également qu’il est hors de question de “risquer de déstabiliser un système qui fonctionne bien, surtout dans le contexte délicat de coronavirus”. Cela avant de préciser que “La mise en oeuvre prouve bien que les banques sont mobilisées de façon continue dans cette crise pour répondre aux besoins de leurs clients”. La gestion de la crise sanitaire est donc une réussite pour les banques.