Le 13 avril, le Président Macron prenait la parole devant les français pour annoncer un déconfinement probable le 11 mai et officialiser le lancement d’une application de traçage numérique. Baptisée StopCovid, cette application doit permettre de savoir si vous avez été en contact avec une personne malade du coronavirus. Si l’objectif est louable, la Quadrature du Net s’inquiète tout de même de l’efficacité d’un tel dispositif.

La Quadrature du Net prend part au débat

Comme beaucoup d’autres pays, le gouvernent français veut à son tour lancer une application de traçage numérique afin de lutter contre la pandémie actuelle. StopCovid s’appuyer sur une technologie Bluetooth et devrait être basée sur le volontariat. Un paramètre essentiel selon la Cnil qui rappelle que : “si un suivi individualisé des personnes était mis en œuvre, il faudrait d’abord, à droit constant, qu’il soit basé sur le volontariat, avec un consentement réellement libre et éclairé. Le fait de refuser l’application n’aurait aucune conséquence”.

De son côté, la Quadrature du Net s’inquiète sur deux aspects : l’efficacité d’une telle application et surtout la réduction des libertés individuelles des français. Cette association de défense des citoyens semble véritablement opposée au déploiement de l’app StopCovid. Un argumentaire détaillé a même été envoyé aux parlementaires pour tenter de faire basculer leur vote en défaveur du lancement de ce dispositif.

Parmi les arguments de l’association, il y a celui-ci : la Quadrature du Net estime qu’il faudrait que l’application soit installée par au moins 60% de la population française pour qu’elle montre des résultats significatifs. L’association rappelle qu’une application similaire déployée à Singapour n’avait été adoptée que par 16% de la population… Nous sommes donc très loin du seuil nécessaire pour que les résultats soient probants.

L’association demande aux français de rejeter l’application

La Quadrature du Net invite clairement les français à rejeter cette application. L’association explique que : “personne n’est capable de dire à l’avance pendant combien de temps l’application serait déployée et c’est potentiellement très dangereux pour nos libertés individuelles”. Comme l’Internet Society France, la Quadrature du Net estime que la production massive de masques, de matériel médical adapté et la mise à disposition de tests sérologique pourrait être bien plus utile qu’une application de traçage numérique.

La Quadrature du Net s'oppose au lancement de l'app StopCovid.

Crédit : LQDN

L’association de défense des citoyens affirme que : “seulement 77% de la population française a un smartphone et cette proportion baisse à 44%pour les personnes de plus de 70 ans, alors qu’elles sont parmi les plus vulnérables”. Les impacts d’un tel dispositif pourraient donc être très limités… La Quadrature conclue en disant que : “le temps médiatique, politique et les budgets alloués à cette fin seraient mieux utilisés à informer et protéger la population”.