Facebook a dépensé, pour l’année fiscale 2019, 10 millions de dollars pour assurer la sécurité personnelle de son fondateur et PDG Mark Zuckerberg. Plus du double si la sécurité de sa famille est prise en compte. La somme a été révélée par un document officiel publié le 10 avril 2020 par l’organisme américain de réglementation et de contrôle des marchés financiers. Un montant stable vis-à-vis de 2018.

Mark Zuckerberg  particulièrement protégé, sa famille aussi

Le PDG est rémunéré 1 dollar symbolique par an, une pratique courante, et perçoit, en revanche environ 23 millions de dollars en « autres compensations ». Cette partie « autre » contient les frais de sécurité de Zuckerberg lui-même, environ 10 millions de dollars, auxquels il faut ajouter à peu près la même somme pour la sécurité de sa famille et 3 millions de dollars pour ses voyages en avion privé.

Zuckerberg et sa sécurité

Rémunération de la direction de Facebook. Crédit : sec.gov

La somme peut faire réagir, en 2018, la sécurité du PDG d’Amazon, Jeff Bezos, l’homme le plus riche du monde, avait coûté « seulement » 1,6 million de dollars. Il faut dire, comme l’explique le réseau social dans le document déposé en 2019, que « Il [Zuckerberg] est synonyme de Facebook et, en conséquence, les sentiments négatifs suscités par notre société sont directement associés et souvent transférés à M.Zuckerberg ».

À l’instar d’un Bill Gates avec Microsoft, d’un Steve Jobs avec Apple, Mark Zuckerberg fait partie de ces figures des géants de la Tech dont l’image est indissociable de l’entreprise qu’il a co-fondé : Facebook. Avoir un film biographique réalisé par David Fincher reprenant le processus de création de Facebook, The Social Network, vient encore renforcer cette incarnation.

Cambridge Analytica a fait exploser la rémunération « Autre compensation »

Une incarnation qui peut poser rapidement un problème : lorsque Facebook est au cœur de scandales comme Cambridge Analytica en 2016, son fondateur de 35 ans est automatiquement pris dans la tempête médiatique. C’est lui qui sera devant les caméras pour s’expliquer auprès d’institutions officielles américaines et européennes dans les années qui suivent.

C’est bien à partir de 2016 que les frais de sécurité du PDG explosent. Ils passent de 6 millions de dollars l’année du scandale à 9,1 millions en 2017 pour atteindre 22,5 millions de dollars en 2018 et enfin 23,4 millions.

Ces données montrent l’étendue de l’impact du scandale de 2016 et des multiples affaires dans lesquelles Facebook se trouve régulièrement pris. Les menaces pesant sur son fondateur en sont un dommage collatéral regrettable qui pourrait l’inciter à prendre du recul. Mieux encore, Facebook pourrait réfléchir très sérieusement au moyen d’éviter de se retrouver à nouveau mêler à des affaires pareilles.