Des chercheurs du MIT ont développé SprayableTech : une peinture en aérosol qui permet de créer des graffitis interactifs. Cela pourrait être, à terme, utilisé comme des interrupteurs, pour gérer la lumière ou les volets d’une pièce par exemple. Ce projet pourrait intéresser Toyota pour sa ville au pied du mont Fuji.

SprayableTech reprend la technique du pochoir

Les chercheurs du MIT qui ont travaillé sur le développement de SprayableTech se sont concentrés sur un moyen permettant de créer des surfaces interactives à partir d’encres aérographiées. Concrètement, après avoir créé l’illustration souhaitée via un logiciel, un pochoir va être généré. Il permettra que les encres soient positionnées au bon endroit, dans le but d’aider la connexion.

Ensuite, les chercheurs n’ont plus qu’à bomber la surface avec plusieurs encres spécifiques, l’une sera une encre avec du cuivre pour la conduction, puis il y aura d’autres couches de peinture avant d’ajouter une couche de conducteur transparent. En dernier lieu, un microcontrôleur est connecté et permet de relier l’ensemble à une carte qui permettra de comprendre et répondre à la demande de l’utilisateur.

Un outil utilisé dans les villes connectées ?

Comme l’illustre parfaitement la vidéo, SprayableTech pourrait être une technologie à utiliser dans le cadre d’une maison connectée, voire d’une ville connectée. À la maison, gérer les luminaires ou les téléviseurs deviendraient un jeu d’enfant, tandis que dans la rue, cela serait très utile pour informer des passants des passages des transports en commun par exemple.

Michael Wessely est l’un des chercheurs du projet et selon lui, SprayableTech est “un outil qui permettra une interaction avec les humains et cela permettra d’utiliser l’environnement de manière inédite. À l’avenir, nous visons à collaborer avec des graffeurs et des architectes pour explorer le potentiel de futures interfaces utilisées à grande échelle pour permettre l’internet des objets dans les villes intelligentes et les maisons connectées”.