Sur son blog destiné aux développeurs, Google a annoncé l’arrivée d'un SDK baptisé Local Home. Il est destiné aux développeurs et entreprises qui souhaitent créer des services compatibles avec l’assistant de Google. Cette nouveauté avait été annoncée, l’an passé, lors de la conférence I/O. En 2017 déjà, l'assistant proposé par l'entreprise américaine avait bénéficié d'un premier SDK.

Une nouveauté destinée aux développeurs

Alors que nous avons appris, il y a peu, que Google Assistant allait lire et traduire des sites et contenus sur Android, aujourd'hui Google propose une nouveauté aux développeurs. Le SDK Local Home a été présenté en mai dernier, lors de la conférence annuelle de Google. Il est aujourd’hui rendu disponible et va permettre aux développeurs d’exécuter du code en locale, directement via l’assistant.

Concrètement, ce kit va permettre de passer d'un serveur distant à un système exécuté localement. Ainsi les requêtes et les commandes lancées pourront être gérées sur le réseau local de l’assistant et cela permettra de réduire la latence, de gagner en fiabilité, et d’envoyer plus de données. En somme, les commandes envoyées par le développeur passeront par le wifi auquel est relié l’assistant, grâce au processus Smart Home. Si aucun chemin local n’est établi, alors les commandes s’exécuteront à nouveau via le cloud.

Google décidera de valider ou non les applications

Le SDK proposé par Google prendra en charge la logique des appareils de GE, LIFX, Philips Hue, TP-Link, Wemo et d’autres fabricants encore dans la mesure où ils n’imposent pas l’authentification à deux facteurs. Les développeurs pourront échanger avec ces appareils via JavaScript ou encore TypeScript.

Cependant, ce programme ne va pas permettre aux développeur de publier directeurs leurs fichiers pour les applications. Une fois qu’ils seront prêts, les fichiers devront être téléchargés sur la console, mais ensuite il faudra que les développeurs fassent une demande de certification. C’est Google qui l'examinera et qui décidera de valider ou non les fichiers JavaScript des applications.