Afin de faire respecter les consignes de confinement, les gouvernements du monde entier mettent en place des mesures plus ou moins strictes selon les pays. La Russie, de son côté, a décidé de renforcer ses dispositifs avec le lancement d’une application qui suivra les citoyens de Moscou lors de leurs déplacements.

Les déplacements des 12 millions d’habitants de Moscou seront suivis

Selon les autorités de la ville de Moscou, ses citoyens ont bien du mal à respecter les consignes de confinement. C’est pourquoi de nouveaux outils de surveillance ont été déployés. Parmi ceux-là, une application dont l’installation est obligatoire pour les 12 millions d’habitants de la capitale russe. Les habitants qui n’auraient pas de smartphone n’y échapperont pas puisque la ville promet de leur prêter des appareils.

Dans la même catégorie

Cette application, une fois installée, permettra alors aux autorités de la ville de suivre les moindres déplacements de ses habitants en temps réel. Edouard Lysenko, le chef du département de l’information et des technologies de Moscou, explique : « L’objectif principal est d’encourager les citoyens à ne pas sortir de chez eux« .

Au-delà de cette application, les citoyens de Moscou devront également présenter un QR Code en cas de contrôle dans le cadre de sorties autorisées. Comme en France, les personnes devant effectuer un travail indispensable, celles qui veulent faire des courses alimentaires et celles qui doivent sortir leurs animaux pour une courte promenade, sont autorisées à quitter leur domicile. Pour rappel, la Chine a également fait appel au système du QR Code pour surveiller l’état de santé de ses citoyens.

Enfin, Moscou déploie également de nouveaux outils de reconnaissance faciale dans ses rues. Là encore, l’objectif est d’identifier les individus qui enfreignent les règles du confinement imposé dans la ville.

Que risquent les citoyens enfreignant le confinement ?

Afin d’inciter les citoyens russes à rester chez eux, Vladimir Poutine a signé une loi introduisant des sanctions pénales. Les personnes qui ne respecteraient pas les règles imposées par le confinement en Russie risqueront alors des amendes, et même jusqu’à sept ans de prison si elles contaminent d’autres citoyens. Dans le même temps, le dirigeant russe à signé une loi accordant des pouvoirs supplémentaires au gouvernement afin de déclarer l’état d’urgence national, sans l’approbation du Parlement.

Des mesures qui inquiètent l’opposition. Elle craint notamment que ses mesures et ses dispositifs soient maintenus après que le confinement soit passé, comme le souligne NPR. Leonid Volkov, leader de l’opposition, explique : « Une chose est sûre. Le coronavirus finira par partir, mais ce camp de concentration numérique restera« .