TripActions, une startup basée à Palo Alto dont l’activité est affectée par la crise du coronavirus a licencié une centaine de personnes. Si ce genre d’annonce risque de devenir récurrente aux États-Unis, le procédé de TripActions n’en est pas moins cruel. Les employés licenciés l’ont appris tous ensemble sur une discussion Zoom.

« C’était comme 100 vidéos différentes de chaos »

Le média Protocol a récolté plusieurs témoignages pour en apprendre plus sur ce plan de licenciement 2.0. Les désormais ex-employés n’étaient au courant de rien en se branchant sur la discussion. La Californie étant confiné ils étaient en télétravail, l'entreprise a opté pour l'application Zoom. Chargée de l’assistance clientèle ou de la satisfaction client ils se sont connectés pensant à une réunion d’équipe où à du team building.

Leur patron aurait alors commencé tout un discours sur la situation difficile pour l’activité de l’entreprise, spécialisée dans les voyages d’affaires. Peu convainquant selon les employés, la startup ayant levée récemment 480 millions de dollars en capital-risque et une facilité de crédit de 500 millions de dollars.

À l’issue du discours, la nouvelle est tombée, tous les salariés présents sur la conversation sont licenciés à compter du 1er avril, « les gens pleuraient et paniquaient » a déclaré l’une d’elles à Protocol, « c’était comme 100 vidéos différentes de chaos ».

Tous étaient en « mute », probablement pour épargner aux oreilles du patron des insultes qui devaient fuser. Les employés ont été informés qu’ils auraient le droit à 3 semaines de salaire et une assurance maladie jusqu’en juin, en espérant que le coronavirus aura disparu d’ici là.

Un tiers des employés ont été licenciés, une situation qui touche plusieurs startups spécialisées dans l’organisation de voyage aux États-Unis « Bien que nous ayons eu la chance d'obtenir récemment un financement et d'obtenir un financement par emprunt, nous prenons les mesures appropriées dans notre entreprise pour nous assurer d'être là pour nos clients et leurs voyageurs pendant longtemps » a communiqué TripActions.

TripActions ouvre la porte à une réintégration après la crise

L’argument se tient, certes, mais la méthode est plus que critiquable. L’entreprise a affirmé que les discussions avaient eu lieu par départements et ensuite des discussions individuelles étaient organisées avec des managers. Selon les employés la situation réelle se trouvait être beaucoup plus anarchique.

La société a, par ailleurs, déclaré, « Nous attendons avec impatience le retour inévitable de la vigueur de l'économie mondiale et des voyages d'affaires, et nous pourrons réembaucher nos collègues pour qu'ils nous rejoignent dans notre mission de rendre les voyages d'affaires plus faciles pour nos clients et utilisateurs ». Pas sûr que les employés qui auront le choix aient très envie de revenir après s’être fait traiter ainsi.