Dans la dernière mise à jour de son système de prévention, de la traque intelligente (ITP) sur Safari, Apple va bloquer les cookies tiers. Une décision annoncée par l’un de ses ingénieurs, John Wilander, affecté à Webkit, le moteur de Safari, le 24 mars sur Twitter.

Depuis 2017 Safari traque les traçeurs

Apple va donc prendre de vitesse Google et son navigateur Chrome dans le domaine des cookies tiers. La fin des cookies tiers n’a été programmée que pour 2022 chez ce dernier. Une décision qui avait suscité un certain nombre de réflexions lorsqu’elle a été rendue publique en janvier dernier.

Dans la même catégorie

Mozilla Firefox est une référence lorsqu’il s’agit de protection de la vie privée et de blocage des cookies tiers, néanmoins Safari a fait des efforts considérables avec le lancement en 2017 de l’ITP. Apple a été pionnier dans le fait d’utiliser le machine learning pour bloquer le traçage sur le web.

Si bien que la mise à jour annoncée le 24 mars, sur Twitter par John Wilander, relève presque du non-événement comme il l’explique lui-même à The Verge, « Cela pourrait sembler être un plus grand changement que ce qu’il est. Mais nous avons ajouté tellement de restrictions à ITP depuis sa sortie initiale en 2017 que nous en sommes maintenant à un point où la plupart des cookies tiers sont déjà bloqués dans Safari ».

La mise à jour est intéressante, car elle va également interdire une pratique de traçage méconnue. Rendu public par un rapport de Chrome auquel Wilander rend hommage, il existe des traceurs qui utilisent la prévention contre le traçage comme une empreinte digitale de l’utilisateur. Cette pratique sera impossible désormais dans Safari.

Safari veut montrer la voie

John Wilander est particulièrement fier du niveau de confidentialité de son navigateur, « Safari continue d’ouvrir la voie à la protection de la vie privée sur le web, cette fois en tant que premier navigateur grand public à bloquer totalement les cookies tiers par défaut. Pour autant que nous le sachions, avant Safari, seul le navigateur Tor permettait le blocage complet des cookies tiers par défaut, mais Brave n’a plus que quelques exceptions dans son blocage, donc en pratique, ils sont au même niveau ».

Apple a décidé de partager librement avec les autres navigateurs les conséquences, les résultats de cette expérience dans laquelle s’est engagé Safari. L’entreprise espère montrer la voie de la confidentialité et inciter les autres navigateurs à suivre son exemple.