Des chercheurs de la prestigieuse université de Stanford ont fabriqué un exosquelette qui facilite la course. S’attachant à la cheville, il pourrait un jour devenir un moyen de transport à part entière selon ses concepteurs.

Trop peu de gens pratiquent une activité physique

Les exosquelettes font des miracles. Ils peuvent en effet permettre à des adultes et même des enfants tétraplégiques de marcher, ou encore améliorer les performances des militaires. C’est toutefois avec une autre idée en tête que les ingénieurs ont mis au point celui-ci. Comme l’explique Steve Collins, professeur d’ingénierie mécanique à l’université de Stanford et auteur principal de l’étude, « peu de personnes vont courir. Seulement 20 % des Américains ont effectué un footing dans la dernière année ».

Et si ce dispositif, qui facilite de manière considérable la course, était la solution pour motiver les plus récalcitrants à enfiler leurs chaussures (et leur exosquelette) pour aller courir ?

« L’impression de pouvoir courir indéfiniment »

Afin de trouver le modèle adéquat, les chercheurs ont testé deux mécanismes différents sur 11 coureurs expérimentés. Le premier se basait sur une assistance à ressort et contre toute attente, s’est montré contre-productif : « Lorsque les gens courent, leurs jambes ont un comportement similaire à celui d’un ressort, donc nous étions vraiment surpris quand l’assistance à ressort a échoué », déclare Steve Collins. Avec ce dispositif, la course des participants était en effet 11 % plus difficile que sans exosquelette.

En revanche, le second mécanisme a été particulièrement efficace. Il s’agit d’une assistance motorisée qui s’attache autour du tibia ainsi qu’à la chaussure, les moteurs tirent un câble qui s’étend du talon au mollet, ce qui permet de lever le pied au moment de l’appui de l’orteil. Cet appareil a facilité la course des sportifs de 15 %, et peut augmenter leur vitesse de 10 %. « L’assistance électrique a allégé une grande partie de la charge énergétique portée par les mollets. C’était très élastique et dynamique par rapport à une course normale », explique Delaney Miller, une étudiante à l’université de Stanford qui a également testé l’exosquelette. « Cela fait vraiment du bien, vous avez l’impression de pouvoir courir indéfiniment », continue-t-elle.

Selon les chercheurs, cet exosquelette pourrait, à terme, servir de moyen de transport, aider les moins sportifs à accompagner leurs amis ou même courir aux côtés de quelqu’un qui fait du vélo.