Sur YouTube, NVIDIA a sorti une vidéo, le 23 mars, pour présenter la version 2.0 de sa technologie Deep Learning Super Sampling (DLSS). Les promesses de cette nouvelle solution ? Améliorer la qualité des images dans les jeux vidéo tout en permettant au GPU d’économiser ses ressources.

DLSS améliore les images des jeux vidéo grâce à l’IA

Le DLSS a été inventé par NVIDIA pour que le calcul des images des jeux soit plus rapide en épargnant les performances des cartes graphiques. Une solution permise grâce à l’Intelligence artificielle.

À la base, NVIDIA a introduit au sein de ses GPU grand public le RT Cores pour accélérer le traitement du ray tracing et les Tensor Cores servant pour ce qui touche à l’IA. L’utilité du Tensor Cores n’ayant que peu d’intérêt pour le gaming, c’est pour l’exploiter que le DLSS a germé rapporte Inpact-Hardware.

Concrètement le réseau neuronal de l’IA prend une image de basse résolution et la même image, mais sous format vectoriel. Les deux images sont mélangées grâce à un algorithme. Le résultat de cette mixture est ensuite injecté dans le réseau neuronal, avec les images citées précédemment et l’IA en ressort la qualité d’image optimale pour une définition prédéfinie.

L’une des difficultés de cette méthode relève dans le fait qu’il fallait adapter l’IA à chaque jeu et à ses images pour parvenir à un résultat. Inpact-Hardware rappelle également que lors de la sortie de la première version du DLSS, son utilisation était tout sauf évidente, marchant pour certains jeux, dans certaines configurations et non dans d’autres. Enfin NVIDIA était resté dans sa communication très opaque sur le fonctionnement du DLSS.

Le DLSS 2.0, plus rapide, plus flexible, plus performant promet NVIDIA

Ces difficultés semblent dépassées avec la nouvelle mouture. NVIDIA a rendu son DLSS deux fois plus rapide et surtout il n’est plus nécessaire d’adapter l’IA à chaque jeu, ce qui le rend beaucoup plus facile d’utilisation.

Il faut toutefois que les jeux puissent le supporter, c’est-à-dire être passé entre les neurones de NVIDIA et que les pilotes intègrent un profil qui lui est propre, fabriqué sur la base du travail de l’IA précise 01net.

Trois niveaux de détails sont désormais disponibles, Qualité, Équilibre et Performance. NVIDIA revendique des qualités d’images jusqu’à quatre fois meilleures que pour le niveau le plus élevé classiquement.

NVIDIA espère, naturellement que les studios de jeux vidéo vont s’emparer du DLSS désormais plus flexible. Pour le moment, il est disponible pour les jeux Wolfenstein : Young Blood, MechWarrior 5 notamment. Pour en prendre plein les yeux, il n’y a plus qu’à l’activer dans les paramètres graphiques ou d’affichages.