Alors que les plateformes de vidéo en streaming (légales) sont de plus en plus courantes et s’ancrent dans nos usages, certains internautes ont toujours recours au téléchargement de torrents. Justement, une importante agence de publicité ukrainienne vient d’être perquisitionnée par la police à Kiev. L’entreprise est accusée d’avoir financé des sites de téléchargement de torrents.

L’Ukraine : épicentre du téléchargement illégal ?

Comme l’a rapporté le média TorrentFreak, la police nationale d’Ukraine et une section de lutte contre la cybercriminalité ont perquisitionné les locaux d’une agence de publicité à Kiev. Les forces de l’ordre ont découvert que cette société ukrainienne participait au financement des principaux sites de téléchargement de torrents, par le biais de publicités en ligne.

Une cinquantaine d’employés travaillaient dans cette agence. Ils se sont tous vus confisquer leurs ordinateurs, ainsi que leurs documents personnels. Les serveurs de l’entreprise ont également été perquisitionnés. Si les dirigeants de l’entreprise sont reconnus coupables de complicité dans cette affaire, ils risquent une lourde peine de prison allant de trois à six ans, sans parler des amendes.

L’Ukraine est considérée comme un véritable « paradis«  pour les sociétés frauduleuses. Cela pourrait bien changer à l’avenir. En effet, la Commission européenne a désigné cette région du monde comme étant l’un des principaux foyers où des violations de la propriété intellectuelle et des droits d’auteur sont régulièrement enregistrés. Aux côtés de l’Ukraine, figurent des pays sous surveillance comme l’Inde, l’Indonésie, la Russie ou encore la Turquie.

La tendance au piratage est malgré tout à la baisse

En décembre 2019, une enquête montrait pourtant qu’en Europe, il serait de plus en plus compliqué d’accéder à du contenu illégal. L’Office de l’Union européenne pour la propriété intellectuelle rapportait à l’époque que la tendance est à la baisse en matière de téléchargement illégal. La tendance est clairement à l’abonnement streaming avec des services connus de tous comme Netflix, Disney +, ou encore Spotify pour la musique.

Cette tendance a été observée de manière globale dans toute l’Europe, sauf dans quelques pays comme la Lettonie, Malte, la Slovénie ou encore l’Ukraine… Des pays dans lesquels le piratage est encore en hausse. On comprend mieux pourquoi une agence de publicité a pu être perquisitionnée dans la capitale ukrainienne.