Pour faire face à l’augmentation du trafic causé par les mesures de confinement ordonnées en Europe et aux Etats-Unis, mais aussi pour permettre de limiter la quantité d’employés requise en cette période d’épidémie et de télétravail, YouTube indique qu’il misera de manière plus importante sur l’intelligence artificielle et le machine learning pour la modération de sa plateforme. La mesure, logique compte tenu du contexte sanitaire actuel, ne doit être adoptée que durant l’épidémie. Elle prévoit notamment de confier plus largement à des algorithmes la responsabilité de supprimer des vidéos enfreignant les règles de la plateforme, précise Engadget.

En temps normal, les algorithmes utilisés par YouTube servent principalement à détecter des contenus potentiellement néfastes ou non-autorisés, et à les soumettre à un employé en chair et en os. Ce dernier sera alors seul juge quant à une éventuelle suppression dudit contenu. Désormais, et pour les prochaines semaines au moins, les algorithmes de YouTube seront autorisés à supprimer par eux-mêmes ces vidéos contentieuses.

«Une perturbation pour les utilisateurs et les créateurs »… de l’aveu même de YouTube

Comme le souligne Engadget, cette mesure pourrait avoir des répercussions importantes pour la réputation de YouTube, y compris vis-à-vis des créateurs de contenus, en cas d’IA un peu trop zélée et de suppressions non-justifiées. Un point qui vaut déjà à YouTube de nombreuses critiques de la part de sa communauté de vidéastes. En autorisant la suppression de vidéos par des algorithmes, il y a fort à parier que la situation s’envenime, d’autant que la plateforme indique que des délais plus importants sont à prévoir pour le traitement des réclamations… qui restent bien entendues autorisées.

« Nous reconnaissons qu’il peut s’agir d’une perturbation pour les utilisateurs et les créateurs, mais nous savons que c’est la bonne chose à faire pour les personnes qui travaillent à la sécurité de YouTube et pour la communauté au sens large », explique la filiale de Google. « Nous apprécions la patience de chacun pour franchir ces étapes en cette période difficile ».

Si la modération des contenus pourra poser problème, YouTube promet dans son communiqué qu’il sera plus précautionneux quant aux vidéos et livestream mis en avant sur la plateforme. L’idée ? Eviter au maximum la circulation de fake news en cette période de crise à l’échelle planétaire. Une tâche ardue à laquelle le gouvernement britannique s’est pour sa part attelé en organisant une campagne d’information portée par les influenceurs populaires outre-Manche.