Le spectre de Cambridge Analytica continue de hanter les équipes de Facebook. En effet, malgré les années qui passent, le géant des réseaux sociaux revoit toujours ce scandale lui revenir en pleine face. Cette fois-ci, c’est au tour de l’Australie d’engager des poursuites judiciaires contre Facebook.

311 127 citoyens australiens sont concernés

Angelene Falk, la commissaire australienne dédiée à l’information et à la protection de la vie privée, a déclaré que les données personnelles de 311 127 utilisateurs australiens ont été utilisées à leur insu, pour du profilage politique. Les données de ces utilisateurs ont pu être collectées grâce à un quiz baptisé « This Is Your Digital Life », un point d’ores et déjà connu dans le cadre du scandale Cambridge Analytica.

Le gendarme australien de la vie privée a donc pris la décision de déclencher une procédure judiciaire à l’encontre de Facebook devant la Cour fédérale nationale. Les faits retenus sont le fait que les données personnelles de plus de 311 127 citoyens australiens ont été partagées avec Cambridge Analytica, à l’insu de ces derniers. Angelene Falk précise que :

« La conception du quizz partagé sur Facebook ne permettait pas aux utilisateurs d’exercer un choix consenti sur la manière dont leurs informations personnelles étaient divulguées ».

Les faits remontent aux années 2014 et 2015. L’Australie réclame des dommages et intérêts. L’amende pourrait s’élever jusqu’à 300 milliards d’euros si le tribunal accordait le maximum de dommages et intérêts pour chacune des 311 127 personnes concernées par cette affaire.

Le scandale Cambridge Analytica ne s’arrête donc pas aux États-Unis

Déjà, en janvier 2020, de nouvelles fuites laissaient penser que le scandale Cambridge Analytica ne s’arrêtait pas aux États-Unis. Brittany Kaiser, une ancienne employée de Cambridge Analytica devenue dénonciatrice de premier ordre, dévoilait de nouveaux documents pour incriminer son ancien employeur. À l’époque, elle déclarait ceci :

« Il est évident que nos systèmes électoraux sont ouverts aux abus. J’ai très peur de ce qui va se passer lors des élections américaines de cette année, et je pense qu’une des rares façons de nous protéger est de diffuser le plus d’informations possible ».

En avril 2018, nous apprenions que le quiz « This Is Your Digital Life », avait été imaginé par le professeur Kogan de Harvard. En répondant aux questions depuis Facebook, les utilisateurs donnaient un accès à leurs données ainsi qu’à celles de leurs amis. Le professeur Kogan a ainsi pu dresser les profils psychologiques de 87 millions d’utilisateurs, pour finalement revendre les données à Cambridge Analytica.