Le 5 mars 2020, DuckDuckGo a décidé de partager un nouvel outil baptisé Tracker Radar. Ce dernier permet de savoir si une entreprise s’intéresse à votre navigation web. Une liste de milliers de trackers web a été répertoriée pour lutter contre ces “pratiques abusives”.

Avec Tracker Radar DuckDuckGo veut contribuer à la lutte contre le tracking

DuckDuckGo est un moteur de recherche qui lutte pour améliorer la protection de notre vie privée sur le web. D’après CNET, le Tracker Radar de DuckDuckGo permet d’accéder aux informations suivantes : le comportement des cookies, leur propriété ou encore la politique de confidentialité d’un nom de domaine.

L’ensemble de données recueillies contient des détails sur 5 326 noms de domaines utilisés par 1 727 entreprises. Le Tracker Radar est désormais disponible en open source. Les développeurs vont pouvoir l’utiliser pour bloquer le suivi en ligne et les chercheurs devraient en profiter pour mieux comprendre ces pratiques.

Les trackers web permettent aux entreprises qui les utilisent de recueillir des données sur la localisation des utilisateurs, sur leur historique navigation ainsi que sur les recherches qu’ils effectuent. Bref des informations précieuses de nos jours, qui permettent à ces mêmes entreprises d’améliorer leurs actions de ciblage publicitaire. Si ces pratiques sont banalisées et courantes en 2020, de plus en plus d’utilisateurs commencent à faire part de leur désaveu.

Les moteurs de recherche doivent s’adapter à cette nouvelle tendance

Justement, certains moteurs de recherche l’ont bien compris. C’est par exemple le cas de DuckDuckGo, mais pas que. En effet, Firefox bloque désormais automatiquement les cookies. Google pourrait aussi s’inscrire dans cette tendance dans le courant des mois qui viennent. Le 15 janvier, l’entreprise américaine annonçait qu’elle voulait supprimer la prise en charge des cookies tiers. Google pourrait donc revoir ses priorités en plaçant la confidentialité et le respect de la vie privée de ses utilisateurs au premier plan. Selon Justin Schuh, directeur de l’ingénierie chez Google Chrome :

“Les utilisateurs exigent de plus en plus de confidentialité et cherchent une transparence totale de la part de leur navigateur. Ils veulent avoir le choix et le contrôle de leurs données, et il est clair que l’écosystème Web doit évoluer pour répondre à ces demandes croissantes. Les cookies tiers sont au cœur du problème. C’est pour cette raison que nous prenons la décision de les supprimer progressivement”.