C’est un signal positif que vient d’envoyer Facebook aux électeurs américains. On se souvient qu’en janvier, Facebook avait clairement dit qu’il ne supprimerait pas les publicités politiques au cours de la campagne pour les présidentielles de 2020. Pourtant cette fois-ci, les régulateurs du réseau social ont estimé que la campagne publicitaire sur le « recensement » de Donald Trump, allait beaucoup trop loin.

La campagne publicitaire de trop pour Trump

Cette fameuse campagne de Trump a été signalée pour la première fois par le journaliste Judd Legum. Les publicités diffusées sous la bannière de Donald Trump incitaient les utilisateurs à participer au « recensement officiel du district du Congrès de 2020 », mais ce n’était en fait qu’un leurre… Les internautes étaient en réalité redirigés vers une enquête hébergée directement sur le site de la campagne pour les présidentielles de Donald Trump.

La campagne publicitaire mensongère de Trump.

Facebook a longtemps hésité à interdire définitivement les publicités politiques sur sa plateforme. Finalement, le réseau social décidait de les autoriser, malgré les pressions exercées par d’autres réseaux sociaux. Il semblerait que Facebook n’ait pas tiré d’enseignements de son ingérence totale lors des élections présidentielles de 2016.

À ce propos, un porte-parole du président Trump prenait la parole au moment de l’annonce de Facebook et disait que : « l’approche du réseau social en matière de publicités politiques est meilleure que celle de Twitter, car elle encourage un plus grand nombre d’Américains à participer aux élections ». Dans la foulée, Elizabeth Warren, candidate démocrate, s’indignait sur Twitter :

Facebook va-t-il finalement suivre la politique de Twitter ?

Pour Twitter, la question des publicités politiques fût vite réglée. Dès le mois de novembre 2019, Jack Dorsey, le fondateur de Twitter expliquait ceci :

« Un message politique gagne du terrain lorsque les gens décident de suivre un compte ou de retweeter. Le fait de payer pour atteindre une audience enlève cette décision, et force les gens à recevoir des messages politiques parfaitement optimisés et ciblés. Bien que la publicité sur Internet soit incroyablement puissante et très efficace pour les annonceurs commerciaux, ce pouvoir comporte des risques importants pour la politique, où il peut être utilisé pour influencer les votes et affecter la vie de millions de personnes« .

Sans surprise, cette décision a été applaudie par les internautes et certaines personnalités politiques, au même titre que la récente action de Facebook. Andy Stone, le porte-parole du réseau social, précisait jeudi 5 mars que : « certains personnages politiques imaginent des subterfuges pour créer de la confusion autour du recensement officiel des États-Unis et ceci est un exemple de ceux qui sont appliquées ». Cette campagne publicitaire était diffusée depuis quelques jours seulement, elles sont désormais « inactives ».