Le fondateur de Mozilla Europe quitte Qwant après deux années partagées entre son poste de vice-président Advocacy, pour lequel il avait été recruté en 2018, et celui de dirigeant par intérim entre septembre 2019 à janvier 2020.

“Le coeur n’y était plus” pour Tristan Nitot

Dans un post LinkedIn, Tristan Nitot annonce son départ de Qwant. Après deux années passées dans la société, il explique que “le coeur n’y était plus” et dit quitter l’entreprise de son plein gré. Son départ succède le changement de poste d’Eric Léandri, en janvier dernier. L’ancien patron annonçait, en effet, quitter la direction exécutive de l’entreprise pour se consacre à des missions plus tournées vers la technique. Cette fois, c’est donc au tour de Nitot de prendre le chemin de la sortie, sans savoir où il ira demain.

Après 16 mois passés au poste de VP Advocacy, où il était notamment chargé de promouvoir les services Qwant auprès des utilisateurs et des développeurs, il avait été nommé Directeur Général, par intérim, pour remplacer Éric Léandri, dans le cadre d’un changement de la structure de gouvernance et d’une évolution de l’actionnariat. Il avait ensuite retrouvé son poste en janvier, suite à l’arrivée du nouveau directeur général de l’entreprise, Jean-Claude Ghinozzi.

Aujourd’hui, l’entrepreneur dit ne pas savoir précisément ce qu’il fera demain : il envisage de donner des conférences, penser à ses futurs projets, et partir en vacances, insistant sur le fait que les périodes “creuses”, entre deux jobs, lui avaient jusqu’ici été bénéfiques… Cela lui avait notamment permis de lancer Mozilla, d’écrire un livre, et de voyager.

Qwant prendrait-il un nouveau tournant ?

Nitot est le premier départ de taille de l’entreprise depuis le changement de gouvernance. Il faut dire que l’entreprise semble prendre un nouveau tournant, après une mauvaise passe subie en 2019. Plusieurs médias avaient fait état d’interrogations liées à des soutiens politiques et financiers de l’entreprise tandis que l’indépendance technologique de l’entreprise était également remise en question.

Après des changements au sein de l’administration du moteur de recherche et depuis le début d’année, le mot d’ordre de l’entreprise est devenu la monétisation. En janvier, lors du passage de flambeau entre Léandri et Ghinozzi, Siècle Digital avait pu les interroger et les deux hommes avaient été unanimes : 2020 sera l’année de la monétisation pour le moteur de recherche. Ce dernier est en pleine croissance et cumule 5 millions d’utilisateurs mensuel, un nombre d’utilisateurs qui devrait plus que doubler avec la nouvelle politique adoptée par les équipes de Qwant. L’objectif, Qwant devrait l’atteindre grâce à ses investisseurs, mais aussi en devenant le moteur de recherche par défaut de l’administration française. Finalement, Qwant serait bel et bien en train de prendre un nouveau tournant…