En 2016, il apparaît que les russes auraient pu accéder à des bases de données électorales. Alors pour ces nouvelles élections, les autorités américaines sont prêtes à surveiller et à détecter toute interférence. Selon Reuters, lors du Super Tuesday qui a eu lieu hier, il n’y aurait pas eu de souci particulier.

Des professionnels de la sécurité nationale sur le qui-vive pour le Super Tuesday

À l’occasion du jour où 14 États américains voient leurs citoyens se diriger vers les bureaux de vote, des professionnels de la sécurité nationale se sont rassemblés en Virginie du Nord afin de surveiller les élections et être prêts à contrer des possibles cyberattaques ainsi que la désinformation émise par des pays étrangers.

Ces efforts sont nouveaux et font suite aux élections de 2016 où l’interférence russe a été démontrée. Selon Christopher Krebs, le directeur de l’Agence de la cybersécurité et de la sécurité des infrastructures du ministère de la sécurité intérieure, aucun signe d’interférence ou d’augmentation de la désinformation n’a été constaté. Cela montre que jusque-là, les mesures prises sont efficaces, mais elles n’éliminent pas pour autant l’ensemble des risques pour la suite des élections.

Effectivement, cela est déjà prouvé au Texas, les votants auraient reçu des appels automatisés leur indiquant qu’ils devraient se déplacer mercredi au bureau de vote, au lieu de mardi. Une information totalement fausse donc, qui avait visiblement pour objectif de faire chuter le taux de participation au Super Tuesday.

Les autorités américaines mettent en garde des conséquences que peuvent provoquer les interférences

Pour ces primaires aux élections de 2020, de nombreuses agences de sécurité américaines sont rassemblées pour surveiller le bon déroulement des élections. Ainsi, le Département de la sécurité intérieure, le FBI, l’Agence de sécurité nationale et le Cyber Commandement américains se sont rassemblés à la CISA, la Cybersecurity Infrastructure Security Agency. Ils sont, ensemble, prêts à répondre rapidement à toute forme d'attaque. Leur rassemblement sur l'importante journée d'élections qu'est le Super Tuesday semblait nécessaire, cela afin d'agir le plus vite et avec le plus d'efficacité.

Dans une déclaration commune, les forces de l’ordre ont prévenu les personnes, ou groupes, voire États prévoyant de mener des interférences des conséquences que cela pouvait engendrer à leur égard. Le patron du CISA a également prévu, “les 50 États américains ont installé des logiciels sur leur systèmes, depuis 2016, afin de détecter toute cyberattaque”.

Globalement, on note que les États-Unis ont pris de nombreuses mesures supplémentaires depuis les élections de 2016 pour éviter que le scénario des interférences et attaques étrangères ne se reproduise.