Boston Dynamics vient d’annoncer un partenariat avec OTTO Motors, entreprise spécialisée dans la confection de robots autonomes destinés à transporter des charges. Les firmes comptent associer leurs machines afin de simplifier le travail des humains dans les entrepôts.

Une solution robotique pour les entrepôts

Est-ce là l’avenir des métiers de la logistique ? Cela en a tout l’air… Le robot Handle, dévoilé dans une vidéo en 2019 et développé par Boston Dynamics, va collaborer avec la plateforme mobile OTTO 1500. Alors que le premier est capable de charger et de décharger des plateformes en entrepôt de manière autonome, le second est un système mobile qui achemine des cargaisons d’un point A à un point B. Il est donc facile de les imaginer coopérer pour créer une solution efficace au travail en entrepôt.

Dans une vidéo mise en ligne par Boston Dynamics, on peut voir les deux systèmes en action, et ils prouvent leur efficacité pour le transport de marchandises.

« Pour répondre aux attentes de nos clients, nous continuons à étendre les capacités de Handle et à optimiser ses interactions avec d’autres robots comme l’OTTO 1500 », explique Kevin Blankspoor de Boston Dynamics dans un communiqué de presse. Cela laisse notamment envisager d’autres partenariats similaires à l’avenir pour la filiale de SoftBank.

Générer plus de revenu

Boston Dynamics s’est en effet diversifiée. Elle nous avait habitué aux talents de gymnastes de son robot Atlas, mais depuis un certain temps, elle a accéléré la commercialisation de ses produits. Le chien-robot Spot par exemple est utilisé par la police du Massachusetts pour des missions de déminage, et sert également d’agent de surveillance robotique sur une plateforme pétrolière au large de la Norvège.

Comme l’explique TechCrunch, l’entreprise cherche à générer davantage de revenu tout en continuant à innover dans le domaine de la robotique. C’est notamment pour cela qu’elle a recruté un nouveau directeur général le mois dernier.

De son côté, OTTO Motors se dit « excitée » de débuter cette collaboration, et espère qu’elle pourra révolutionner le domaine de la logistique, où l’humain semble avoir de moins en moins sa place.