Une étape importante a été franchie par les équipes de Google Robotics : un  algorithme est désormais capable d’apprendre à un robot comment marcher. Les chercheurs ont testé leur algorithme sur un robot à quatre pattes dans le monde réel, pour gagner du temps dans le processus d’apprentissage.

Google Robotics peut rendre un robot totalement autonome en quelques heures

Depuis plusieurs années, Google oeuvre pour développer des robots utiles dans la vie de tous les jours. Cela ne fait plus aucun doute aujourd’hui : les robots joueront un rôle central dans nos vies, dans les années à venir. Ils seront présents dans de très nombreux domaines et permettront aux humains de gagner du temps pour se concentrer sur des tâches à plus haute valeur ajoutée. Cependant, pour qu’ils soient réellement utiles et performants, il reste un certain nombre de défis à relever, notamment l’apprentissage des robots sans intervention humaine.

Habituellement, les chercheurs en robotique doivent être derrière le robot pour le ramasser ou le ramener dans son espace d’entraînement si jamais il s’éloigne. Des chercheurs du laboratoire Google Robotics pensent pouvoir révolutionner l’apprentissage des robots avec la récente découverte qu’ils viennent de dévoiler. En effet, ils ont développé un algorithme capable d’apprendre à un petit robot comment marcher tout seul. Le robot de Google peut marcher en avant, en arrière, et être totalement autonome en seulement quelques heures.

Le robot apprend seul dans une zone délimitée

Les chercheurs font le pari qu’en testant leur robot dans le monde réel, il apprendra beaucoup plus vite que dans le cadre d’une simulation. Vraisemblablement ils ont visé juste : le monde réel permet au robot de s’adapter plus rapidement aux variantes comme les terrains accidentés. Ils ont ensuite décidé de limiter le territoire d’apprentissage du robot pour éviter de devoir intervenir. Des capteurs permettent aux robots de savoir jusqu’où il peut aller et donc de faire marche arrière si jamais il s’approche trop près de la limite de cette zone.

Le dispositif développé par les chercheurs de Google utilise un système aérien pour capturer les mouvements du robot et lui permettre d’identifier son emplacement. C’est la limite du projet : cela ne peut être reproduit en extérieur, du moins pour le moment. Néanmoins, cette technique a supprimé la nécessité d’une intervention humaine dans le processus d’apprentissage des robots. Une étape prometteuse pour l’avenir de la robotique.