Certains s’en doutaient, d’autres en étaient convaincus : le fait qu’Apple ralentisse intentionnellement les performances des anciens iPhone est désormais une réalité. Aux États-Unis, Apple a accepté de payer une amende de 500 millions de dollars (450 millions d’euros) pour réparer ce préjudice.

500 millions de dollars dans la poche des américains

Ces 500 millions de dollars seront distribués aux propriétaires d’anciens modèles d’iPhone : 25 dollars par iPhone, soit 22,5 euros. C’est peu compte tenu du prix d’un iPhone neuf : entre 649 et 849 euros pour un modèle bas de gamme. Quoi qu’il en soit, le fait qu’Apple accepte de payer cette somme est bien la preuve que les mises à jour permettaient aussi de ralentir intentionnellement les anciens modèles d’iPhone pour inciter les consommateurs à acheter de nouveaux modèles. C’était un secret de polichinelle.

Pourtant, malgré toutes ces accusations, Apple nie sa responsabilité dans le ralentissement des anciens modèles et ne reconnaît pas avoir commis la moindre erreur dans cette affaire. L’entreprise a seulement déclaré qu’elle acceptait de payer pour éviter les coûts liés au procès. Tous les propriétaires américains (et seulement américains…) d’un iPhone 6, 6 Plus, 6s, 6s Plus, 7 Plus ou SE fonctionnant sous iOS 10.2.1 ou l’un des systèmes d’exploitation ultérieurs, bénéficiera de l’indemnisation d’Apple.

Le recours collectif : la formule gagnante

Un recours collectif avait été déposé par des consommateurs qui affirmaient que les mises à jour d’Apple nuisaient intentionnellement aux performances des anciens modèles afin d’encourager les clients à passer « bêtement » sur des modèles plus récents ou les pousser à installer de nouvelles batteries. Les avocats d’Apple ont eux estimé que les problèmes des utilisateurs étaient probablement liés à une utilisation trop soutenue, à ou à des changements de température. Ils ont tout de même accepté de verser la somme de 500 millions de dollars en guise de réparation.

En France, Apple a déjà été condamné à verser une amende de 27 millions de dollars (24,5 millions d’euros) pour les mêmes raisons. À la demande de l’association Halte à l’obsolescence programmée (HOP), le parquet avait ouvert ne enquête le 5 janvier 2018. Ici aussi, la marque à la pomme était aussi accusée de ralentir volontairement ses anciens modèles de smartphones pour accélérer leur remplacement. À l’issue du procès, Apple s’était « réjoui » affirmant que : « notre objectif a toujours été de créer des produits sûrs qui sont appréciés par nos clients et faire que les iPhone durent aussi longtemps que possible en est une part importante ».