Comme indiqué dans son communiqué de presse, British Airways a la volonté d’aider les personnes en difficultés à se déplacer dans les aéroports. La compagnie vient tout juste de démarrer la phase de test, en grandeur nature de ses fauteuil roulants électriques et autonomes. Pour les découvrir, c’est à l’aéroport JFK à New York qu’il faudra se rendre.

Un fauteuil en mesure d’être autonome dans un aéroport

Sera-t-il bientôt possible de traverser un aéroport grâce à un fauteuil autonome ? C’est possible. British Airways vient de déployer des fauteuils dans un aéroport new yorkais pour une phase de tests. Pour se déplacer grâce à ce fauteuil, celui-ci sera équipé d’un système de navigation. Le fauteuil est également doté de capteurs permettant d’éviter toute collision avec du mobilier de l’aéroport ou avec d’autres piétons.

Cette solution déployée par la compagnie britannique sera destinée à tout type de publics. Valides et moins valides pourront utiliser ces fauteuils dans le grand aéroport, pour rejoindre les différentes zones, de l’enregistrement à la sécurité par exemple. Pour l’heure, les fauteuils déployés à New York seront en capacité de se rendre dans 37 lieux préenregistrés.

British Airways veut développer l’expérience client

Après New York, c’est à Londres que seront testés ces fauteuils. Plus précisément au sein de l’aéroport Heathrow. Les efforts de la compagnie aérienne s’inscrivent dans un plan de cinq ans, d’une valeurs de 8,3 milliards de dollars, soit 7,46 milliards d’euros, pour améliorer l’expérience client.

Les fauteuils utilisés par British Airways ont été confectionnés par l’entreprise Whill et sont d’ores et déjà trouvable en France, pour à peine moins de 6 000€, mais attention cette version là n’est pas équipée de la conduite autonome. Il reste maintenant à attendre la fin des tests pour espérer voir ces fauteuils dans plus d’aéroports, car il faut bien l’avouer, ils pourraient simplifier bien des déplacements entre les différents lieux d’un aéroport. Une chose est sûre, la circulation autonome devrait rapidement se développer. Les courses peuvent déjà être livrées de cette façon et les prévisions indiquent que d’ici 2023, 745 000 véhicules autonomes pourraient être en circulation.