Au fil des jours, l’épidémie de coronavirus (Covid-19), partie de Wuhan en Chine, s’étend à travers le monde. L’accélération de la contamination s’accompagne de l’apparition de remèdes miracles en tout genre, qui auraient la capacité de soigner les malades du coronavirus. L’Organisation Mondiale de la Santé met en garde le monde à ce propos. Facebook vient de décider de prendre une mesure pour limiter la propagation de ces “remèdes” : les publicités qui en font la promotion sont désormais interdites.

Les remèdes miracles désormais bloqués sur Facebook

Avec l’avènement des réseaux sociaux, la désinformation est au cœur des informations relayées sur le web. Après les différentes rumeurs sur l’animal à l’origine de ce virus, depuis quelques jours, des remèdes miracles font leur apparition sur Facebook. Alors que certains internautes mettent en avant des bouillons d’ail par exemple, d’autres décident même de payer pour mettre en avant ces remèdes. Pour limiter la propagation de ces fausses informations, Facebook décide de bannir toutes les publicités qui font mention de remèdes miracles.

Le réseau social vient de confirmer sa position sur la désinformation à propos du Covid-19. Facebook espère contribuer à sa manière à limiter les risques liés à l’épidémie. Ce n’est pas tout, un porte-parole de Facebook a également annoncé que les publicités qui “créent un sentiment d’urgence” au sujet du coronavirus seront supprimées. Facebook ajoute que : “nous avons récemment mis en œuvre une politique visant à interdire les publicités qui font référence au coronavirus et qui créent un sentiment d’urgence, ou celles qui mettent en avant un remède miracle”.

La lutte contre la désinformation au cœur de la politique de Facebook

Facebook tente cette fois-ci d’être exemplaire dans une situation de gestion de crise. Critiqué à de nombreuses reprises sur ce même sujet, le réseau social tente de tout faire pour améliorer son image. On se souvient également de la position de Facebook à propos des contenus faisant la promotion de techniques anti-vaccination. Tout au long de l’année 2019, Facebook a durci sa politique sur ce sujet.

En effet, en février 2019, après de vives critiques de la part de l’Organisation Mondiale de la Santé, le géant des réseaux sociaux annonçait qu’il prendrait des mesures pour lutter contre la désinformation à propos des médecines alternatives. Les experts sont persuadés que les jeunes parents peuvent se laisser influencer par ces traitements alternatifs et perdre la confiance dans les vaccins.

Cela pourrait être dramatique pour les générations à venir et des conséquences de ces campagnes de fake news sont déjà palpables à travers le monde. Pour cette raison, Facebook tente d’apporter son aide aux médecins en bloquant les groupes fermés traitant de ce sujet.

À l’époque, le réseau social précisait que : “nous sommes actuellement en train d’étudier des mesures supplémentaires pour lutter au mieux contre ce problème. Nous voulons réduire voire supprimer ce type de contenu des recommandations, y compris faire du tri dans les groupes fermés faisant l’apologie de médecines alternatives”.