Le Monde fait parti des quelques médias qui se sont mis à produire moins de contenus mais à gagner en audience. Et pour faire grimper celle-ci, il semblerait qu’une autre méthode de diffusion des articles ait été utilisée, notamment pour toucher des lecteurs francophones du continent africain.

La fonction “statut” pour convaincre de nouveaux lecteurs

Le Monde a débuté un long travail depuis plusieurs mois avec sa section Le Monde Afrique. D’ores et déjà, le média vient de passer le cap des 10 000 abonnés sur la plateforme de messagerie appartenant à Facebook. Concrètement, le média ajoute quotidiennement des articles à sa story WhatsApp, jusqu’à 3 à 4 fois par jour. Les abonnés ont ensuite 24 heures pour découvrir le contenu.

Dans la même catégorie

Pour Julie Lelièvre, cheffe de projet éditorial et développement d’audience auprès du Monde, ce projet a été développé pour “toucher des gens là où il y a beaucoup de francophones et où Le Monde n’est pas très présent. Dans ces pays spécifiques, les gens ne consomment les contenus pas comme nous. Afin de créer des publics, nous devons adapter la façon dont nous envoyons nos informations”. Et c’est ainsi, qu’en fonction des jours, jusqu’à 20% des abonnés du Monde consulteront sa story sur WhatsApp. Selon le média lui-même, ce pourcentage est plutôt élevé en comparaison avec la fréquentation qu’il a sur ses stories Instagram.

Et Julie Lelièvre a raison. D’après une étude, en dehors des pays occidentaux, en 2019, 16% des personnes interrogées utilisaient WhatsApp quotidiennement pour consulter l’actualité. L’information par le biais de WhatsApp a vu son nombre de consultation augmenter depuis 2018, année durant laquelle Facebook a modifié son algorithme. Il faut malgré tout préciser que dans ces mêmes pays, 36% des utilisateurs Facebook utilisent le réseau social pour s’informer, c’est donc le double d’adeptes de l’information sur WhatsApp.

Le Monde Afrique sur WhatsApp

Le Monde Afrique sur WhatsApp

Le Monde veut “juste” se faire connaître

Selon la cheffe de projet du Monde, “Le premier objectif est de faire croître les audiences sur notre site et de faire en sorte que les gens nous connaissent et nous aiment. Le deuxième objectif est d’attirer des abonnés mais nous ne savons pas encore comment cela fonctionnerait”.

Il y a plusieurs mois, Le Monde Afrique avait réussi à se constituer une base d’abonnés de 40 000 personnes. Cependant, des mesures prises par Facebook pour protéger les élections au Brésil et en Inde contre la désinformation a chamboulé leurs plans. Ils ont dû presque repartir de zéro, puisque les listes de diffusions ont été réduites à 250 membres relate digiday.

Pour retrouver le contenu Le Monde Afrique sur smartphone, le média explique tout dans un article dédié.