Twitter est actuellement en train de créer une nouvelle fonctionnalité permettant de mettre en évidence les tweets trompeurs et/ou mensongers des politiciens et autres personnalités publiques. L’objectif du réseau social est de lutter contre la désinformation sur sa plateforme.

Twitter ne fait pas de cadeaux aux politiciens

Les politiciens ont bien compris que les réseaux sociaux sont des armes puissantes, surtout en période électorale. Sur ces plateformes, ils sont libres de prendre la parole quand ils le veulent et sans aucun filtre. Elles leur servent à tester l’opinion publique, à se mettre en scène, mais aussi et surtout à communiquer. C’est pourquoi Twitter, Facebook, et même YouTube, ont désormais une place à part entière dans les stratégies de communication des politiciens. Seulement voilà, certains en profitent pour diffuser des informations mensongères ou erronées afin de faire pencher la balance électorale en leur faveur.

C’est dans l’objectif de contrer ces politiques de désinformation que Twitter crée actuellement une nouvelle fonctionnalité permettant de signaler les tweets trompeurs à l’ensemble des utilisateurs du réseau social, comme le révèle NBC News. Pour cela, la fonctionnalité placerait un message d’alerte sur fond orange, juste en dessous du tweet concerné. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il est impossible de le rater.

Twitter : des captures d'écran de la maquette de la nouvelle fonctionnalité qui signale les tweets trompeurs.

La maquette de la nouvelle fonctionnalité qui signale les tweets trompeurs / Image : Twitter

Une communauté de vérificateurs de faits serait créée

Afin d’identifier les tweets mensongers et/ou trompeurs, Twitter compte sur la création d’une communauté composée de vérificateurs de faits et de journalistes au sein même du réseau social. Ces derniers auront pour mission non seulement de signaler les tweets colportant des fake news, mais aussi de les corriger avec preuves à l’appui. Dans l’exemple ci-dessus, on peut par exemple voir un tweet de Bernie Sanders, homme politique américain, affirmer qu’aux États-Unis, « 40 % des armes à feu vendues, le sont sans contrôle des antécédents« . En réponse, les membres de la communauté expliquent que cette information est tirée d’un rapport de 1997 et que les chiffres avaient évoluer, pour tourner davantage autour des 22% aujourd’hui.

Twitter, qui a confirmé la création de cette fonctionnalité, précise que celle-ci pourrait effectivement rentrer dans les moyens mis en place pour lutter contre les fake news. Le réseau social explique : « La désinformation est un problème critique et nous allons tester de nombreuses façons de le résoudre« . Malheureusement, la plateforme n’a pas souhaité communiquer de date de déploiement potentielle pour cette fonctionnalité qui est encore en cours de création.

Les réseaux sociaux en lutte contre la désinformation

Twitter n’est pas le seul réseau social à souffrir du phénomène de la désinformation et à chercher des solutions pour le combattre, bien au contraire. Le service de messagerie instantanée WhatsApp, par exemple, est devenu une véritable arme de désinformation massive au Brésil et est suspecté d’avoir servi à l’élection de Jair Bolsonaro, l’actuel président du pays. En 2019, Facebook a dû mettre en place des pop-ups afin de lutter contre les fake news circulant sur les vaccins au sein de sa plateforme et aurait supprimé 200 comptes russes qui testaient de nouvelles techniques de diffusion de fake news en Afrique. La même année, YouTube a annoncé la labellisation de ses vidéos pour contrer la désinformation à l’approche des élections européennes.

Vous l’aurez compris, la désinformation est désormais partout sur Internet et peut prendre de multiples formes. Les réseaux sociaux luttent à leur échelle, mais la meilleure des armes reste encore la sensibilisation du grand public à ce phénomène. Google l’a bien compris et a mis en place des mini-jeux pour apprendre aux enfants à détecter la désinformation. Et si les adultes en prenaient de la graine ?