La Riksbank, banque centrale de Suède, a déclaré ce mercredi 19 février qu’elle avait commencé à tester une monnaie numérique. La Suède veut se servir de cette cryptomonnaie pour simuler les activités bancaires quotidiennes comme les paiements, les dépôts et les retraits, à partir d’un portefeuille numérique. La Riksbank précise que : “l’objectif de ce projet est de montrer comment une couronne électronique pourrait être utilisée par le grand public”.

La banque centrale suédoise veut créer une couronne électronique

Les monnaies numériques émises par les banques centrales sont au cœur d’un projet qui uni la Grande-Bretagne, le Japon, la Suède et la Suisse. Ils se sont réunis en janvier pour évaluer l’opportunité d’émettre de telles monnaies. La Suède tient à rassurer ses habitants : il ne s’agit pas d’une cryptomonnaie décentralisée comme le bitcoin et régie par des communautés en ligne.

Au contraire, cette monnaie est émise de manière traditionnelle par la banque centrale, sous forme purement numérique. Mark Carney, ancien gouverneur de la Banque centrale du Canada et, depuis 2013, gouverneur de la Banque centrale d’Angleterre, estime que cette voie technologique pourrait être une solution pour contrecarrer la puissance du dollar.

Non, la Suède part du constat que l’utilisation des espèces est en très forte diminution. Avec l’arrivée prévue de la Libra de Facebook, la Riksbank s’est penchée sur la question d’une monnaie numérique souveraine. Pourquoi les pays ne pourraient-ils pas émettre leur propre monnaie numérique ? La banque centrale suédoise explique sur son site internet que le fait d’effectuer des paiements en couronnes électroniques sera “aussi facile qu’envoyer un message”.

La fin des espèces ?

La Suède est déjà le pays le moins dépendant de l’argent liquide dans le monde. Dans certains magasins ou musées de Stockholm vous ne pouvez pas payer si vous n’avez pas de carte bleue. C’est par ailleurs un phénomène qui crée une véritable fracture sociale entre les détenteurs d’une carte de crédit et les personnes sans domicile fixe ou les retraités habitués aux billets de banque. Ce test sera décisif. Il permettra au monde de comprendre comment les banques centrales peuvent s’adapter à une communauté qui n’utilise quasiment plus d’espèces.

En 2018, les billets de banque ne représentaient que 1% du PIB suédois, selon les données de la Riksbank, contre 11 % dans la zone euro, 8% aux États-Unis et 4% en Grande-Bretagne. Pour le moment il ne s’agit que d’un test. La Riskbank n’a pas encore pris sa décision finale sur l’émission de cette couronne électronique. Si la monnaie numérique venait à voir le jour, les suédois pourraient être amenés à détenir de l’argent sur un compte de la banque centrale, ce qui remettrait en cause la distinction entre les banques centrales et les banques traditionnelles. Le test se terminera en 2021, nous y verrons plus clair dans quelques mois.