Facebook vient de lancer un programme qui vous permet de fournir vos messages vocaux contre rémunération. La firme de Mark Zuckerberg les écoutera et les utilisera pour améliorer sa technologie de reconnaissance vocale.

Facebook vous rémunère pour écouter votre voix

Il semblerait que Facebook ait bien appris ses leçons. Après avoir été épinglé en 2019 pour avoir engagé des tiers dans le but de retranscrire vos messages vocaux privés sans votre autorisation, le réseau social a décidé de lancer un programme qui vous rémunérera lorsque vous enverrez vos notes vocales de plein gré à travers Viewpoints. Cette plateforme créée par Facebook a pour objectif de faire participer des volontaires à des tests permettant d’améliorer les technologies et les ressources marketing du réseau social, moyennant des récompenses financières basées sur un système de points.

Ainsi, si vous souhaitez participer à ce programme, vous devrez envoyer des messages vocaux dans lesquels vous direz “Hey Portal” suivi du prénom de l’un de vos amis. Vous pourrez répéter l’opération jusqu’à 10 fois, avec des prénoms différents. Vous obtiendrez alors 1 000 points sur Viewpoints, soit l’équivalent de 5 dollars qui vous seront transférés sur votre compte Paypal. Ce n’est pas une fortune, mais c’est tout de même le signe que Facebook n’écoute plus vos messages vocaux privés sans votre autorisation et ça, c’est l’information la plus rassurante qui émane de ce programme.

La reconnaissance vocale, un enjeu pour les grandes entreprises

L’objectif de ce programme pour Facebook est d’avoir assez de matière pour améliorer son système de reconnaissance vocale, notamment pour sa gamme Portal. Cette technologie est désormais incontournable pour les grandes entreprises et représente un véritable enjeu, tant dans le domaine de la maison connectée, que dans celui des assistants vocaux perfectionnés ; Amazon l’utilise pour Alexa, Apple pour Siri, Google pour son assistant vocal et ses enceintes connectées… Même l’entreprise Sonos s’y est mise avec le récent rachat d’une start-up française spécialisée dans la reconnaissance vocale.

Évidemment, la reconnaissance vocale peut servir dans bien d’autres domaines encore et ses applications sont variées. Google, par exemple, multiplie les projets autour de cette technologie. L’un d’entre eux, baptisé Euphonia, espère à terme pouvoir aider les personnes souffrant de troubles de la parole. La firme de Mountain View va également lancer une nouvelle fonctionnalité sur Search afin de nous apprendre à prononcer les mots difficiles. De son côté, Amazon s’est lancé dans le domaine de la reconnaissance vocale automatique pour le domaine médical.

Malheureusement, et comme pour toute technologie, la reconnaissance vocale connaît aussi un revers de la médaille. C’est notamment grâce à elle qu’il est possible pour certaines personnes malintentionnées de créer des deepfakes audio de plus en plus performants.