Une équipe de chercheurs de Carnegie Mellon, une université américaine spécialisée dans les sciences de l’informatique, est partie d’un constat simple : aujourd’hui, un internaute sait qu’il est traqué à tout moment lorsqu’il surfe sur internet, il sait moins qu’il l’est également par des objets connectés (IoT) l’entourant dans le monde physique. Pour remédier à cette problématique, l’équipe a publié une application, gratuite, le 19 février.

Repérer les IoT qui récoltent des données

Les objets connectés se multiplient et vont continuer d’envahir de plus en plus notre quotidien. Récemment l’UE a, par exemple, débloqué 2 milliards d’euros pour développer l’IoT dans l’automobile. Certains de ces objets peuvent glaner des informations sur vous. Des caméras publiques à reconnaissances faciales, des balises Bluetooth dans un centre commercial, la sonnette intelligente du voisin toujours à la pointe de la technologie, ce sont des exemples mentionnés par les chercheurs de Carnegie Mellon.

En cette période de prise de conscience des problématiques de vie privée que pose l’exploitation de données, une équipe de recherche de l’université Carnegie Mellon a développé IoT Assistant. Cette application doit permettre de prendre conscience à quel point des données sont quotidiennement aspirées.

Concrètement l’application permet, une fois activée, de détecter les appareils connectés des alentours et d’observer ce qu’ils collectent sur votre téléphone et à qui ils les transmettent. Si l’objet en laisse la possibilité, il sera possible, via l’application, de refuser la récupération de nos données, « En raison de nouvelles lois comme le General Data Protection Regulation (RGPD) et le California Consumer Privacy Act (CCPA), les gens doivent être informés des données qui sont collectées à leur sujet et ils doivent avoir le choix entre ces processus« , explique le professeur Norman Sadeh, chercheur principal du projet sur le site de l’université.

Un rapide test de l’application près de la rédaction de Siècle Digital, à Lyon, n’a pas été particulièrement probant, aucun objet connecté, avide de data, n’a été détecté. La journaliste de Gizmodo qui a testé le dispositif à Manhattan rapporte avoir eu plus de succès, identifiant des appareils photo intelligents collectant des données visuelles.

Un projet en partie financé par l’armée américaine

Ironiquement ce projet, est soutenu financièrement par le programme « Brandeis » de la DARPA, autrement dit de la Defense Advanced Research Projects Agency, une agence américaine chargée de développer des technologies à usage militaire. Gizmodo relève que « Les bureaux du gouvernement fédéral qui supervisent la protection des sujets humains dans la recherche auront également accès aux dossiers pour assurer la protection des sujets de recherche ».

Une information à sérieusement prendre en compte pour tout jaloux de sa vie privée prêt à télécharger aveuglement IoT Assistant et ses promesses.