Elles sont rares ces personnes méconnues du grand public dont le nom accède à une gloire soudaine à leur mort. Pour Larry Tesler, chercheur en informatique, c’est plus que mérité, il n’est rien de moins que l’inventeur du couper, copier-coller. Il est décédé le 17 février à 74 ans.

Larry Tesler est sorti diplômé en informatique de la célèbre université de Stanford dans la Silicon Valley, en Californie. Son invention louée par tous aujourd’hui n’est pas venue de nulle part. L’informaticien s’est spécialisé durant ses études dans l’interaction entre humain et machine.

Dans la même catégorie

C’est en travaillant pour le vendeur d’imprimantes Xerox comme chercheur qu’il créer le fameux copier-coller, excédé par les manipulations à mettre pour exécuter cette tâche qui nous semble si basique désormais. L’entreprise d’imprimante sera l’une des premières à signaler le décès de Larry Tesler sur Twitter, demandant à tous de l’honorer.

En 1980 le talent de Larry Tesler tape dans l’œil d’un certain Steve Jobs. Il est débauché par Apple et travaille sur les ordinateurs Lisa et Macintosh, respectivement sortis en 1983 et 1984. La commande copier-coller y est incorporée, ce sont les deux appareils qui vont la populariser. Il existe même désormais des applications pour gérer plusieurs copier/coller en parallèle.

Le chercheur deviendra chef scientifique d’Apple qu’il quitta après 17 ans, en 1997. Il créa ensuite une start-up consacrée à l’éducation, et acceptera des missions ponctuelles pour améliorer l’expérience utilisateur chez Amazon et Yahoo!.

Une belle et riche carrière dont le sommet est cette si simple et si évidente commande qu’on en oublie qu’elle a dû être inventée. Le musée de l’histoire de l’informatique de la Silicon Valley a tenu à faire ses adieux, rapporté par l’AFP, à l’un de ses fiers représentants, « Larry Tesler combinait sa formation en science de l’informatique avec une contre-culture selon laquelle les ordinateurs devraient être pour tout le monde ».

La nouvelle de la mort du créateur du copier-coller a donné lieu à un certain amusement dans les médias et sur les réseaux sociaux. Dans FranceInfo, la chroniqueuse Olivia Leray s’est amusée à rappeler un discours de Marine Le Pen de 2017 en partie copié/collé d’un discours de François Fillon. L’occasion également d’en remettre une couche sur Gad Elmaleh, dont les plagiats ont été mis en évidence sur YouTube par Copycomic.

Certains ont voulu rendre hommage à celui qui a faciliter les études d’un grand nombre d’étudiants à travers le monde :

D’autres internautes ont simplement décidé de spammer leur raccourci Ctrl+C/Ctrl+V :

Un bel hommage tel que demandé par le premier employeur de Larry Tesler.