Pour la première fois, Mastercard annonce l’installation d’un centre de cyber-résilience ailleurs qu’en Amérique du Sud. Cette installation aura lieu à Waterloo, au siège européen de l’entreprise et cela traduit parfaitement la volonté de Mastercard de faire face aux menaces des institutions financières et des fintechs. Elle a pour volonté de longue date d’assurer la sécurité des données de ses clients et en ce sens, en fin d’année dernière, l’entreprise avait racheté une société d’évaluation de la sécurité.

Un centre européen pour mieux lutter contre la cybercriminalité

Le centre belge de cyber-résilience va permettre de mettre en relation et favoriser la coopération des secteurs publics, privées et des organismes de réglementation de toute l’Europe. Il va aussi offrir la possibilité à Mastercard d’aborder plus sereinement les menaces qui pèsent sur l’écosystème européen de paiement.

Le centre situé en Belgique a pour objectif de lier son travail avec celui de plusieurs centres nationaux de veille cybernétique, mais aussi avec celui de groupes industriels, des banques centrales et des organismes chargés de surveiller la bonne application des lois. Seront ainsi concernés, parmi tant d’autres, des acteurs tels que la BCE, Interpol ou encore la NCA (National Crime Agency au Royaume-Uni). L’objectif des collaborations sera de lutter contre la cybercriminalité à toute échelle, donc nationale, européenne, et même internationale.

À ce sujet, le président de Mastercard Europe, Javier Perez indique que “les services financiers seront toujours les premiers visés par les cybercriminels, en raison de la grande quantité de données et de références clients qui sont sous notre responsabilité. Notre centre européen de cyber-résilience favorise la coopération entre les organisations, et veille à ce qu’entreprises et particuliers se sentent en sécurité lorsqu’ils partagent des informations en ligne”.

Mastercard veut agir plus rapidement et plus efficacement

Avec son installation en Belgique et en plus de renforcer sa position face aux menaces, Mastercard compte bien simplifier la communication, à la fois en interne mais aussi entre ses membres du personnel et ses clients. Cette communication lui permettra d’être plus efficace lorsqu’il sera question de réagir face à un événement quelconque, un incident de sécurité, ou même une catastrophe naturelle.

Mastercard compte également se servir de son rapprochement géographique pour échanger avec les législateurs des pays où ses services sont disponibles et à terme, Mastercard affirme que “ce nouveau centre permettra de synchroniser nos ressources mondiales avec celles de nos partenaires, afin de rechercher et d’adopter sans cesse les meilleures pratiques, tant pour nous que pour notre réseau de clients”. Ajoutant ensuite que “La sécurité et la confidentialité de nos données clients sont notre priorité. Les fraudeurs et les hackers n’ont pas de frontières, ni de nationalités. Les menaces peuvent donc jaillir de n’importe quel endroit de la planète” et ici, c’est donc le travail entre les différents acteurs qui permettra de propulser l’Europe “à la pointe de la résilience

Le centre devrait être inauguré en 2021, cependant, au printemps prochain, sera ouvert un espace provisoire.