Ce dimanche 16 février, comme le révèle Reuters, un tribunal allemand a ordonné à Tesla de stopper ses travaux en vue de la construction de la toute première succursale européenne du constructeur automobile. Une décision qui met en retard l’américain dans ses projets mais qui réjouit du côté des militant écologistes allemands.

Un début de travaux… sans l’obtention du permis de construire

En novembre dernier, Tesla officialisait son choix d’implanter sa première usine européenne en Allemagne, précisément à Grünheide, en banlieue de Berlin. Il y a environ un mois, le projet semblait aller de bon train puisque le constructeur venait de trouver le terrain qui allait accueillir sa nouvelle usine et confirmait un peu plus son arrivée en Europe. Concernant le terrain de construction, Tesla a signé l’acquisition d’une propriété de 300 hectares. Si aucun permis de construire n’avait pour l’heure été accordé à Tesla, le bureau de l’environnement allemand avait cependant autoriser la firme américaine à raser 92 hectares de forêt pour la construction de son usine.

Depuis, Tesla avait visiblement commencé ses travaux, en préparant le terrain. Mais le constructeur a rapidement été stoppé car, suite à une plainte de militants écologistes locaux et même si Musk avait promis de planter plus d’arbres que ses équipes n’en couperaient, un tribunal allemand a ordonné l’arrêt immédiat des travaux, en estimant que trois jours plus tard, les travaux de déboisement auraient été terminés et que sa décision serait alors devenue inutile.

Quelles conséquences pour Tesla et sa Gigafactory ?

Pour sa première usine en Europe, Tesla avait fait le choix de l’Allemagne. C’était pour le constructeur un moyen de se rapprocher de la concurrence que sont les constructeurs allemands, mais aussi un bon moyen de pouvoir expédier des véhicules partout en Europe sans trop de difficultés. Également, ce choix de la banlieue berlinoise permettait de stopper l’importation de véhicules depuis les États-Unis et donc l’augmentation de la production.

Désormais, c’est à du retard que pourrait se confronter Tesla, aux protestations des allemands, ainsi qu’à la justice. Car les législateurs, autant locaux que nationaux, ont entendu l’opposition de plusieurs centaines de manifestants, ces derniers mettent en avant que le projet de Tesla représente une menace pour la faune locale et l’approvisionnement en eau. Le constructeur américain va donc devoir convaincre, manifestants et autorités, que son usine ne nuira pas de façon significative à la planète.

Tandis que Tesla espère une ouverture dès 2021, l’embauche d’environ 7 000 personnes, et à terme, la production de 500 000 véhicules chaque année, les plans pourraient rapidement être chamboulés, avec une ouverture plus tardive notamment.