La jeune startup spécialisée dans l’aérospatial, Rocket Lab, vient d’obtenir l’autorisation de placer un satellite en orbite cislunaire, la région située entre la Terre et la Lune, pour préparer la mission Artemis de la NASA.

Rocket Lab prend part à la mission Artemis de la NASA

Ce lancement aura lieu dans le nouveau complexe de lancement de Rocket Lab, au Wallops Flight Facility en Virginie. À l’aide de la fusée Electron, Rocket Lab sera en mesure d’envoyer ses premiers satellites en orbite dès la fin de l’année 2020. La NASA a confié une mission de la plus haute importance à cette jeune startup : placer un satellite en orbite cislunaire grâce à son vaisseau Photon. L’objectif pour l’agence spatiale américaine est très claire; il est temps de préparer le prochain vol habité vers la Lune, qui doit avoir lieu en 2024. Voici à quoi ressemble ce fameux orbite cislunaire :

La NASA fait appel à Rocket Lab pour lancer un satellite en orbite lunaire.

Crédit : Advanced Space

Ce lancement est important à plusieurs égards. Premièrement parce qu’il s’agit de la deuxième mission lunaire à être lancée depuis le centre de vol de Virginie. Un excellent moyen de tester le vaisseau Photon de Rocket Lab, un engin conçu et construit en interne qui peut supporter de lourdes charges. Il servira de base au petit satellite Capstone de la NASA. Ce dernier devra se déployer en orbite pour récolter un maximum d’informations avant le déploiement de la mission Artemis. Capstone fera office d’éclaireur et permettra à la NASA de poser les premières bases d’une future “passerelle lunaire”.

Objectif : créer une “passerelle lunaire” entre la Terre et la Lune

Pour Marshall Smith, directeur des programmes d’exploration lunaire à la NASA : “le lancement de Capstone aux côtés de Rocket Lab est une démonstration de notre capacité à déployer rapidement des missions qui nous permettront de créer une passerelle entre la Lune et la Terre. Nous voulons en apprendre davantage sur l’orbite cislunaire. Grâce à cette mission, nous pourrons réduire les incertitudes de navigation avant nos futures missions habitées, utilisant la même orbite lunaire”.

Cinquante ans après Apollo 11, le programme Artemis a pour objectif de transporter un homme et une femme sur la surface de la Lune. Jim Bridenstine disait au moment de l’annonce officielle de cette mission que : “j’ai une fille de 11 ans et je veux qu’elle puisse rêver d’aller, elle aussi, un jour sur la Lune. Cette mission va certainement susciter des vocations. Du moins, nous l’espérons”. Pour notre plus grand bonheur, ce projet commence à se concrétiser.