Les activités de l’entreprise Clearview AI font actuellement l’objet d’un procès à New York. Plusieurs citoyens de l’Illinois viennent de s’y greffer. En effet, un recours collectif a été déposé arguant que Clearview AI aurait “activement collecté, stocké et utilisé les données biométriques des habitants de l’Illinois sans obtenir un consentement écrit”.

Clearview AI connaîtra-t-elle le même sort que Facebook ?

Souvenez-vous, il y a deux semaines, Facebook était condamné à payer 550 millions de dollars pour régler un recours collectif de violation de vie privée, auprès de citoyens de l’Illinois. 7 millions de personnes sont concernées par le verdict du juge de la Cour suprême. En effet, à la condition d’avoir été présent sur le réseau social entre 2011 et 2015, chaque personne peut prétendre à un dédommagement de 200 dollars. Tous les habitants concernés recevront une notification de la part du tribunal à ce sujet. Les habitants de l’Illinois profitent également de cette loi pour attaquer Clearview AI.

Cette société de reconnaissance faciale aurait été utilisée par 600 organismes américains chargés de faire appliquer la loi. Créée par l’Australien Hoan Ton-That, l’entreprise est actuellement visée par de nombreuses organisations. Clearview AI revendique une base de données de 3 milliards de photos publiques grattées sur tous les réseaux sociaux et d’autres sites web. Cette base de données alimente une IA de reconnaissance faciale pour la rendre capable d’identifier très rapidement les suspects de délits ou de crimes captés par une caméra de vidéosurveillance.

La loi de l’Illinois fait du tort aux géants du web

Oui mais voilà, Clearview AI ne respecterait pas les lois en vigueur, encore moins dans l’Illinois. De plus, les données biométriques récoltées ont été autorisées par de nombreux organismes d’application de la loi. Tout le problème est là. Le recours collectif déposé par les habitants de l’Illinois fait mention de la violation d’une loi de 2008 qui vise à protéger la confidentialité des données biométriques des habitants de l’État. Les juges s’inspireront-ils du verdict rendu à propos de Facebook ? C’est possible.

Si Clearview a affirmé avoir créé une IA précise à 100% pour identifier des visages et éviter de faux positifs, cela ne suffit pas pour convaincre les juges. Un résultat obtenu, selon l’entreprise, en soumettant sa technologie à un test dont la méthodologie serait très précise. Un test créé en 2018 par l’Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) pour analyser une IA d’Amazon baptisée Rekognition.

Le fondateur de Clearview AI, Hoan Ton-That, précisait à ce propos que : “nous apprécions les efforts de l’ACLU pour mettre en évidence le potentiel de biais démographiques dans l’IA, c’est pourquoi nous avons appliqué leur test et leur méthodologie à notre propre technologie”. Pourtant l’ACLU reproche à Clearview AI de ne pas avoir appliqué la même méthodologie. Bref, le procès va se poursuivre et nous en saurons plus dans les prochains mois.