Aux États-Unis, les autorités viennent de mettre le doigt sur un énorme trafic. En effet, Larry Harmon, un résident de l’Ohio vient d’être inculpé car il est soupçonné d’avoir blanchi l’équivalent de 300 millions de dollars grâce à une technique qui permettait de transformer l’argent sale en bitcoin.

Larry Harmon aurait blanchi 300 millions de dollars en bitcoins

Larry Harmon, baptisé Helix dans le milieu, aurait aidé des centaines d’escrocs à blanchir de l’argent sale grâce à un “mélangeur de bitcoins”. Ce processus permettait aux escrocs de transférer de l’argent, sous avoir à s’inquiéter, a priori. Vraisemblablement, il était connu des trafiquants de drogues de la région. Larry Harmon aurait agi de 2014 à 2017 et aurait même fait de la publicité sur son site internet, hébergé sur le darknet.

Difficile de savoir comment Larry Harmon sera jugé et quelles seront les sanctions qui lui seront attribuées. Il est accusé de l’organisation d’une entreprise de blanchiment d’argent, de gestion d’une entreprise de transfert d’argent sans licence et d’envoi d’argent sans licence. Ces différentes accusations pourraient entraîner une longue peine de prison ferme.

Les fédéraux sont fiers d’avoir arrêté cet homme. Ils veulent montrer que les escros du net sont également à leur portée et surtout qu’ils ne sont pas intouchables. C’est également un coup symbolique étant donné l’ampleur des opérations revendiquées. Pourtant les autorités sont conscientes que les plus petits points de vente seront plus difficiles à démanteler. Le ministère de la Justice a affirmé que :

“Helix aurait blanchi des centaines de millions de dollars venus de produits illicites, de stupéfiants et d’autres profits réalisés par des criminels, pour les utilisateurs du darknet, dans le monde entier. Cet acte d’accusation souligne que le fait de chercher à dissimuler des transactions de monnaie virtuelle de cette manière est un crime, et que le Département peut et va s’assurer que ce crime ne soit pas rentable”.

Le blanchiment d’argent a le vent en poupe sur le darknet

On se souvient qu’en février 2019, des cybercriminels avaient déjà été arrêtés pour avoir blanchi de l’argent sur Airbnb et Uber. On voit bien que le blanchiment d’argent est un élément essentiel à la prolifération de la cybercriminalité. Certains de ces criminels 2.0 se servent des nouvelles plateformes pour blanchir leurs gains. Dans ce cas précis, ils avaient été jusqu’à recruter de faux conducteurs Uber et même des spécialistes de conversion des cryptomonnaies par le biais de réseaux souterrains.

Il faut bien comprendre que les méthodes de lutte contre la cybercriminalité sont rapidement partagées et échangées sur le darknet. C’est certainement pour cette raison que les manières de les contrer se développent très rapidement. Larry Harmon avait mis en place un stratagème très poussé pour filtrer l’équivalent de 300 millions de dollars, par le biais de plusieurs systèmes automatisés, en le transformant en bitcoin.