Microsoft vient de dévoiler son étude annuelle sur les incivilités numériques. Depuis 2016, le géant américain s’intéresse de près au harcèlement en ligne en le quantifiant et en le qualifiant. En 2019, ce sont 25 pays qui ont été passés au crible, dont la France.

Une augmentation nette des incivilités numériques en France

Dans le rapport très riche publié par la firme de Redmond, on s’aperçoit qu’entre 2018 et 2019, le nombre de personnes se déclarant victimes de harcèlement en ligne a augmenté de 10% pour atteindre un record. En effet, 62% des français estiment être victimes d’incivilités numériques. Parmi les risques principaux, on retrouve : les canulars, les escroqueries, les fraudes, les prises de contact non désirées, ou encore les réflexions “sexuelles”.

62% des français sont harcelés en ligne.

Crédit : Microsoft

Il apparaît dans l’étude que les incivilités numériques sont, pour 60% des personnes concernées, régulières. En effet, les sondés estiment qu’ils sont au moins victimes de 2 agressions, voire plus. Ce n’est pas tout, dans les grandes tendances qui ressortent de l’étude, nous pouvons noter que 87% des victimes de harcèlement en ligne estiment en avoir réellement souffert. Enfin, 52% des français ayant déjà subi une incivilité numérique sont convaincus que cela se répètera. En effet, seulement 27% des personnes interrogées pensent que les géants du numérique mettent des moyens en place pour contrer ces comportements gênants.

Dans le spectre du harcèlement en ligne, il y a des sujets qui ressortent plus régulièrement que d’autres. C’est notamment le cas de l’apparence physique, qui fait partie du premier sujet de moquerie sur les réseaux sociaux et le web de manière générale. Ensuite nous retrouvons l’orientation sexuelle, la politique, le romantisme, les religions. D’après vous, sur quelles plateformes les incivilités numériques sont-elles les plus fréquentes ? Sur les réseaux sociaux, évidemment. Le top 3 des plateformes où le harcèlement en ligne est le plus présent est : Facebook, Snapchat et Twitter.

Certaines personnes sont plus touchées que d’autres

Les femmes ressentent les incivilités numériques comme un véritable problème de société. Quand on leur demande si elles estiment que le harcèlement en ligne est un “gros” problème, elles répondent à 79% que oui, c’est effectivement le cas. 25% d’entre elles sont victimes de cyberharcèlement à propos de leur apparence physique.

Les femmes sont donc particulièrement touchées par ce phénomène, mais les adultes les plus vulnérables sont en réalité les millennials : une génération très présente sur les réseaux sociaux. Parmi les plays les plus touchés par ce fléau, on retrouve le Vietnam, la Russie, la Colombie, le Pérou et enfin l’Afrique du Sud qui obtient le plus gros score : 83% des sondés sud-africains estiment être harcelés en ligne.

L’intégralité des chiffres pour la France sont à retrouver dans cette infographie :

L'étude sur les incivilités numériques réalisée par Microsoft.

Crédit : Microsoft