Pour tenter de faire de l’ombre à Tinder, Facebook cherche à lancer Facebook Dating en Europe, une application de rencontre pour aider les internautes à se rencontrer. Le lancement devait avoir lieu aujourd’hui, jeudi 13 février, à l’occasion de la Saint-Valentin. Pourtant la Commission irlandaise de la protection des données vient d’annuler son déploiement, estimant que Facebook n’a pas fourni les documents nécessaires aux autorités européennes pour développer cette plateforme.

Facebook Daring n’arrivera pas en Europe tout de suite

Lancée aux États-Unis en septembre 2019, l’application Facebook Dating s’appuie sur les données de ses utilisateurs pour les faire matcher du mieux possible. Les utilisateurs peuvent ajouter leurs publications dans leur profil, mais aussi désigner un Secret Crush dans leurs abonnés. On peut également partager des stories Facebook ou Instagram directement dans Dating. Le réseau social prévoyait de déployer cette nouvelle plateforme en Europe à l’occasion de la Saint-Valentin. Les autorités régulatrices ne l’entendent pas de cette oreille.

Le RGPD (règlement général sur la protection des données) exige des entreprises qu’elles examinent les effets potentiels de la manière dont elles traiteront les données de leurs utilisateurs. Concrètement, si une entreprise souhaite procéder à un traitement intensif des données, elle doit expliquer comment elle le fera et surtout expliquer pourquoi cela ne nuire à la vie privée des utilisateurs. Ces différentes recherches doivent se traduire par des études d’impact et les autorités régulatrices régionales doivent pouvoir les consulter.

Le réseau social n’a pas suffisamment anticipé le déploiement de sa plateforme

Facebook a prévenu la Commission irlandaise de la protection des données le 3 février pour un déploiement le 13 février. C’est un peu juste pour examiner les risques potentiels en matière de gestion des données et c’est d’ailleurs beaucoup plus court que le délai minimum prévu pour une telle initiative. Graham Doyle, commissaire adjoint à la protection des données de la Commission irlandaise a déclaré que : « nos préoccupations initiales portaient sur le fait que Facebook ne nous avait informé que le 3 février et qu’il avait l’intention de lancer le programme dix jours plus tard ». Un porte-parole de Facebook a répondu que :

« Il est effectivement important que le lancement de Facebook Dating se passe bien, nous prendrons donc un peu plus de temps pour nous assurer que le produit est prêt pour le marché européen. Pourtant, nous avons travaillé dur pour mettre en place des garanties solides en matière de protection de la vie privée ainsi que pour achever l’étude d’impact sur le traitement des données avant le lancement en Europe, que nous avons partagée avec l’IDPC lorsqu’il nous en a été fait la demande ».

Il faut bien avouer qu’on peut légitimement penser que la machine publicitaire de Facebook va se servir de ces données. Il semble nécessaire de savoir de quelle manière elles seront exploitées. La Commission irlandaise a actuellement 11 enquêtes en cours sur des sociétés appartenant au groupe Facebook, elle ne pouvait donc pas laisser Facebook Dating débarquer sans vérification.