La société de Jeff Bezos est convaincue que Mark Esper le secrétaire d’État chargé de la défense et l’administration Trump ont influencé le Pentagone dans le choix de son fournisseur de cloud computing dans le cadre du contrat JEDI (Joint Entreprise Defense Infrastructure).

Amazon passe à côté du contrat JEDI

C’est une véritable bataille juridique qui démarre aux États-Unis. Cet important contrat de cloud computing, le contrat JEDI, était particulièrement convoité par les deux géants du web, Amazon et Microsoft. Avec son offre Amazon Web Services, plus grand fournisseur de cloud computing, l’entreprise était largement considérée comme leader sur ce contrat de 10 milliards de dollars (9,2 milliards d’euros), mais en octobre, le ministère de la Défense a surpris les analystes en attribuant le projet à Microsoft, numéro 2 du marché.

Dès le mois de décembre Amazon a contesté cette décision en affirmant que Donald Trump avait joué un rôle direct dans cette affaire en exerçant des « pressions abusives sur le Pentagone », pour empêcher Amazon de remporter le contrat. Un conflit s’est également installé entre Jeff Bezos et Donald Trump depuis plusieurs années. En effet, l’entrepreneur milliardaire et également propriétaire du Washington Post, ne se fait pas prier pour sortir régulièrement des rapports agressifs sur l’administration Trump.

Trump et Bezos ne sont pas de grands amis

Microsoft s’est opposé aux dépositions d’Amazon, arguant que l’entreprise de Bezos n’a fourni que des spéculations, sans que rien ne s’approche de preuves qui mériteraient d’être examinées. Le Pentagone a déclaré également déclaré qu’il s’oppose fermement à la demande d’Amazon. Robert Carver, un porte-parole du ministère de la défense a affirmé que : « cette demande est inutile, lourde et elle cherche simplement à retarder la mise en place du contrat JEDI ».

Janelle Poole, porte-parole de Microsoft, estime que : « nous avons confiance dans le personnel qualifié du ministère de la défense, et nous pensons que les faits montreront qu’ils ont mené un processus détaillé, approfondi et équitable pour déterminer les besoins du Pentagone et que Microsoft était l’entreprise la plus à même de les satisfaire ».

Il faut bien avouer qu’il y a une certaine animosité de la part de Donald Trump envers Jeff Bezos. On se souvient par exemple de ce tweet en janvier 2019 où Donald Trump critiquait la ligne éditoriale choisie par Bezos dans son journal :