Alibaba a pour habitude de faire sauter la banque chaque fin d’année grâce à son site de vente en ligne Taobao. Pour 2019, ceci s’est à nouveau confirmé, avec des revenus dépassant leurs propres estimations comme l’indique Reuters.

Single Day, journée de tous les records pour Alibaba

Si la fin d’année est si importante pour le groupe, c’est à cause de – ou grâce à – la fête des célibataires. Également baptisé Single Day, elle a lieu chaque 11/11 de l’année. Outre la célébration nationale en Chine, c’est l’occasion pour Taobao de réaliser une grande braderie sur son site avec des réductions très importantes. Ode à la consommation pour le pays longtemps éloigné de ces plaisir, cette période écrase littéralement celles ayant lieu au États-Unis. Elle aura même fini par inspirer la France avec la création French Days qui ont lieu en Avril, et en Septembre. Cependant, ni le Black Friday, ni le Cyber Monday, ni les French Days n’égaleront les revenus engendrés grâce au Single Day.

Chaque année, Alibaba rappelle au reste du monde qu’en Chine, il reste est le roi du ecommerce. Pour 2019, en seulement 24 heures, le groupe a généré 35,38 milliards d’euros (268 milliards de yuans) de ventes soit une croissance de +23%, contre 28,56 milliards en 2018.

Comparaison des ventes du Single Day avec le Cyber Monday et Black Friday réunis

Comparaison des ventes du Single Day avec le Cyber Monday et Black Friday réunis. Sources : Sale Cycle, Reuters, Wikipedia. Image : Siècle Digital.

Non content de superformer en Chine, AliExpress, la version occidentale de Taobao, souhaite accélérer son développement en Europe. Pour cela, la succursale d’Alibaba a commencé à baisser ses prix. Cela se concrétise par des commissions moins importantes que celles d’Amazon. Alors que les revendeurs étrangers n’ont accès à AliExpress que depuis mai 2019, les intentions du géants sont à peine cachées.

Les autres business du groupe se portent bien

Puisqu’à l’instar d’Amazon, Taobao est une place de marché, son chiffre d’affaires n’est pas lié à ses ventes. Au total, ses revenus dépassaient les 160 milliards de yuans (21,13 milliards d’euros) en 2019, contre 117 (15,45 en euros) en 2018, soit un mieux de 38%. Et, comme son rival américain, ses business sont nombreux.

C’est notamment le cas du cloud. Sur le plan comptable, cette ligne a vu ses revenus progresser de 62%, pour atteindre 1,42 milliards d’euros (10,72 milliards de yuans). C’est encore très en deçà d’Amazon Web Services qui, au troisième trimestre 2019, a enregistré 9,17 milliards d’euros de recettes (6,5 fois plus). Cependant, si Alibaba Cloud continue de tisser des liens forts en Asie, il pourrait vite tenir tête aux grand fournisseurs.