Dans un communiqué publié mardi 11 février, la Federal Trade Commission (FTC) a expliqué vouloir se pencher sur les rachats par les cinq géants du numérique américains passés sous les radars des agences antitrust, pour cause de seuil, ces dix dernières années.

Racheter de potentiels concurrents pour bloquer la concurrence future ?

Alphabet, la maison mère de Google, Amazon, Apple, Facebook et Microsoft vont devoir se livrer à un petit exercice de transparence auprès des autorités du commerce aux États-Unis. La FTC a demandé aux cinq entreprises de lui transmettre des informations, des documents, sur le détail de leurs rachats d’entreprises entre le 1er janvier 2010 et le 31 décembre 2019.

Il n’est pas question de revoir les rachats ayant fait grand bruit comme WhatsApp par Facebook, celui de GitHub par Microsoft ou de Shazam par Apple. Au contraire, ce sont les petites entreprises naissantes, passées sous les radars, du fait de leur taille, qui intéressent la FTC.

Cette étude doit permettre de déterminer si ces rachats sont une stratégie consciente des GAFAM de tuer dans l’œuf des entreprises avec le potentiel de devenir un concurrent dans un avenir plus ou moins proche.

Le président de la FTC, Joe Simons, a détaillé la motivation de son agence à mener ce travail, « Cette initiative permettra à la Commission d'examiner de plus près les acquisitions dans ce secteur important, et aussi d'évaluer si les agences fédérales reçoivent une notification adéquate des transactions qui pourraient nuire à la concurrence. Cela nous aidera à continuer à maintenir les marchés technologiques ouverts et concurrentiels, dans l'intérêt des consommateurs ».

Une étude en pleine période d’enquête antitrust contre les géants du web

Pour mener à bien son travail la FTC à demander aux GAFAM des documents plus généraux sur la stratégie d’acquisitions de ces derniers, les décisions prises en conseil d’administration en lien. Les informations porteront également sur l’après, comment les employés de l’entreprise rachetée sont ensuite récupérés, l’évolution de leurs tarifs et de leurs performances.

La stratégie de la FTC semble bienvenue, parfois accusée de mollesse quand il s’agit de s’attaquer aux GAFAM. Cette initiative vient s’ajouter aux multiples enquêtes menées aux États-Unis, notamment celle de 48 procureurs généraux contre Google lancée début septembre.